Ce que j’en dis…

Lud le bootlegger… reviste une recette revisitée : le Magnolia Old Fashioned !
22 août, 2019, 22:48
Classé dans : Epicurian Arts

 

DSC09164a

 

Depuis quelques mois, j’ai entrepris un intense travail de recherche et d’écriture autour du monde du cocktail. Et force est de constater que c’est frustrant d’écrire des pages et des pages, après des heures et des heures de recherche, sans pouvoir les partager. Ce soir, je déroge donc à la règle.

Amateur autodidacte depuis une dizaine d’années, j’ai acquis, au cours de la troisième édition du Paris Cocktail Festival en 2014, la 68e édition du célèbre manuel de cocktails Mr. Boston Official Bartender’s Guide, rédigé cette année (2012) par Jonathan Pogash et Rick Rodgers. Durant l’année 2014, des amis m’offrent une bouteille de liqueur Mandarine Napoléon, un curaçao réalisé à partir d’écorces de mandarine. Que faire avec ce truc ? En feuilletant l’ouvrage, je trouve une recette intitulée Magnolia Maiden (p. 213). Après d’infructueuses recherches, je ne trouve rien sur l’origine de ce cocktail. Je fais choux blanc.

Voici la recette que l’on trouve dans le Mr. Boston : dans un shaker rempli aux 2/3 de glaçons, 37,5 ml de bourbon, 37,5 ml de Mandarine Napoleon, 5 ml de sirop de sucre simple, filtrer dans un verre old fashioned rempli de glace, allonger d’eau pétillante (5 ml environ). La première fois que j’ai réalisé cette recette, je l’ai trouvée vraiment très bonne, se rapprochant d’un Old Fashioned, avec ce pétillant dissonant et cette mandarine surprenante. J’y suis revenu à plusieurs reprises, sur cette recette, et lui apportée une légère modification en lui ajoutant trois traits de chololate bitters (Scrappy’s Bitters), puis en exprimant le zeste d’une mandarine. Résultat : l’ajout de bitters apporte de la profondeur, l’arôme de chocolat s’accorde bien avec le mélange, et les huiles essentielles apportent une touche olfactive qui manquait. Après ces tergiversations, j’ai publié un petit article pour rendre compte de mes pérégrinations.

Aujourd’hui, revenant sur mon histoire avec les cocktails, je tombe sur cette recette, que j’ai délaissée au profit de nouveaux horizons. En relisant mes notes, je me dis qu’il y a quelque chose à améliorer sur cette recette. Une intuition. Armé d’une dizaine d’années de recherche autodidacte, j’ « improvise » : je décide de baisser la dose de Mandarine et d’augmenter celle de whiskey, d’éliminer l’eau gazeuse et de le préparer directement dans le verre de service. Voici la recette : dans un verre old fashioned, introduire trois traits d’aromatic bitters (Suze) et trois traits de chocolate bitters (Scrappy’s Bitters), remplir de glaçons, mélanger une dizaine de secondes à l’aide d’une cuillère à mélange. Ajouter 30 ml de Mandarine Napoléon et 60 ml de rye whiskey (Jack Daniel’s), remplir de glaçons et remuer à nouveau durant une vingtaine de secondes, histoire de bien lier les ingrédients et d’apporter la dilution nécessaire. Exprimer un zeste de mandarine. Résultat : un Old Fashioned revisité, très équilibré, suffisamment fort et pas trop sucré, une finale longue sur la mandarine. Je suis très content de ce que cette « improvisation » a donné !

Toutefois, en y réfléchissant un peu, je me rends rapidement compte que j’ai pioché, inconsciemment, dans une revisite du Old Fashioned datant de 1917, que j’avais déjà essayée. En effet, en 1917, Hugo R. Ensslin fait paraître un ouvrage intitulé Recipes For Mixed Drinks, en langue anglaise, dans lequel il introduit dans le Old Fashioned deux traits de curaçao orange. Entre la recette d’Hugo R. Ensslin et la « mienne », juste une question de dosage et l’ajout de chocolate bitters, afin d’apporter davantage de rondeur et d’équilibre.

J’ai ensuite l’idée (suite…)


Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| LEMOVICE
| Les énergies solaires et éo...