Ce que j’en dis…
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2017

LCS 203. Santiago Navas feat. Danilo Nino, « Pejcao », 2016
30 octobre, 2017, 13:42
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un morceau de Santiago Navas, featuring Danilo Niño, intitulé « Pejcao », et sorti en 2016 sur l’EP Problemática sur le label In-Correcto.

Image de prévisualisation YouTube

Santiago Navas est un jeune producteur de 20 ans, provenance Bogotá, Colombie, un type qui, selon un article publié sur le site Noisey (Vice), sait jouer de la guitare, de la basse, de la contrebasse et chanter. Le mec expérimente, bricole des trucs house tropical, navigue entre musique populaire traditionnelle et innovation électronique, avec des influences comme Darkside, Bonobo, James Blake, Nicolas Jaar. Selon sa page facebook, Santiago Navas aime réinterpréter ses morceaux sur scène avec de vraies musiciens pour leur donner davantage de dynamique.

Santiago Navas1

J’ai découvert ce morceau en écoutant la Radio I Have A Dream, une radio pirate qui émet depuis le pays basque fondée par Christian Bordes aka Jules-Edouard Moustic, bien connu de tous les citoyens Grolandais (dont je fais fièrement partie), et dont les ondes ont rouvert il y a quelques jours seulement. Une radio qui donne beaucoup d’air frais à mes oreilles, qui sont branchés H24 sur les ondes depuis la réouverture de la radio ! C’est donc il y a quelques jours seulement que je tombe sur ce morceau chelou, qui mixe des nappes planantes de synthé house, avec une basse entraînante, un tempo un peu à contretemps, et des rythmes guitares et voix latino zar-bi. Je suis sous le charme !

Santiago Navas

Voici un autre morceau issu du même EP (dont on peut écouter l’intégralité sur toutes les plateformes de streaming), intitulé « Región » :

Image de prévisualisation YouTube



Tu veux ma culture dans ta gueule ? #005 Trois courts-métrages
18 octobre, 2017, 21:35
Classé dans : Ca, de l'art ?,La Société en question(s)

 

Même si je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer au blog en ce moment, ça fait trop longtemps que je n’ai rien publié. Alors, comme le guignol de Guillaume Durand, « moi, le temps, j’le prends »…

Cette fois, j’ai décidé de vous faire découvrir quelques courts-métrages que j’ai vus à la fin de mon adolescence et qui transpirent la culture que j’ingurgitais à l’époque. Il faut dire que, abonné à Canal + et à Canalsat, j’ai l’occasion d’en bouffer pas mal, du court-métrage. Je l’ai déjà écrit sur ce blog, mais à l’adolescence, j’ai l’idée, peut-être un peu saugrenue, d’enregistrer des VHS de 240 minutes entières « dans le vide », c’est-à-dire sans programmation : j’enregistre MCM ou MTV la nuit, à la recherche d’une bouteille à la mer. Je fais de même avec des chaînes comme 13e Rue, Planète, Comédie!, Paris Première ou Canal Jimmy. C’est d’ailleurs un peu comme ça, complètement par hasard, que je tombe sur The Sopranos ou Six Feet Under – mais c’est une autre histoire !

Le premier court que je présente est réalisé par Christophe Smith et Benoît Delépine en 1995, intitulé A l’arraché, l’histoire d’un voleur minable, interprété par Delépine lui-même, qui se fait rattraper par sa victime. Le film a reçu une récompense dans le cadre du festival de Gérardmer en 1996. Je ne sais plus où j’ai vu ce truc (certainement sur Canal + tard dans la nuit), mais ça m’a marqué… C’est mon frère qui m’a remis ces images dérangeantes en tête !

Image de prévisualisation YouTube

A la fin des années 1990, j’ai 15-16 ans, c’est la fin du collège, et je suis un fan de « l’humour Canal ». Je suis donc complètement happé par tout ce que font Jamel Debbouze, Gad Elmaleh, Eric & Ramzy, les Robins des bois, et tout ceux qu’ils touchent (Kader Aoun, Alain Chabat, Gérard Darmon, Omar & Fred, etc.). Je suis devenu un inconditionnel de la série H, évidemment, de nombreux sketchs de Jamel, par exemple, sont devenus cultes pour moi, je tombe complètement sous le charme du revival Chabat (les films, à commencer par Astérix et Cléopâtre, mais aussi le Burger Quizz)… Un jour, je tombe complètement par hasard sur un court-métrage de Denis Thybaud intitulé Granturismo (2000), avec Gérard Darmon, Jamel Debbouze et Zoé Félix (on y entend également les voix de Fred Testot et d’Omar Sy). A cette époque, Jamel est sur le toit du showbiz, il peut tout se permettre, en particulier cette perruque-combo cheveux-bouc ! Voilà, c’est n’imp’, mais c’est cadeau :

Image de prévisualisation YouTube

Pour terminer, je vous propose un truc chelou un peu borderline chopé complètement par hasard sur 13e Rue (je crois), que j’ai adoré. Un truc bien tordu, bien trash, bien drôle. Ca s’appelle Balibalo, réalisé par Marc Andréoni en 2002. C’est l’histoire de la rencontre entre une bagnole rempli de malfrats et un jeune scout innocent, et ça va saigner… Le réal joue Marco, et j’aime beaucoup cet acteur (il joue le psy dans Caméra Café, le directeur de la prison dans Zonzon et un malfrat dans le génial Total Western). Si vous ne connaissez pas ce court, je suis super fier de vous le faire découvrir !

Image de prévisualisation YouTube

Voilà encore un peu de ma culture dévoilée, et cette chronique ne va pas arranger mes bidons avec la bien-pensance… La bise les gens !


Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE