Ce que j’en dis…

Tu veux ma culture dans ta gueule ? #004 Patrick Braoudé
4 mai, 2017, 17:01
Classé dans : Ca, de l'art ?,La Société en question(s)

Il y a un an à peu près, j’inaugurais une nouvelle rubrique sur ce blog, intitulée « Tu veux ma culture dans ta gueule ? », dont le titre est, je le répète, « suffisamment vague et ambivalent pour servir de prétexte et y mettre tout ce qui me fait bander culturellement ».

Après trois épisodes plus ou moins consacrés à des dessins-animés, j’ai décidé de centrer mon propos sur un artiste qui mérite, selon moi, à être davantage connu. Comme toujours, la lecture de ce papier vérifiera encore cette hypothèse, que je répète à l’envi sur ce blog : la culture prend de nombreuses formes et des chemins bien tortueux.

s_17829rg_fsa_patrick_braoude

 

À peu près à l’âge de sept ou huit ans, je tombe sur un film sur TF1, un mardi soir ou un dimanche soir. Un film que mes parents ou moi avons enregistré en VHS. Ce film s’intitule Génial mes parents divorcent ! (1990, Patrick Braoudé), et je m’en suis délecté avec régularité à l’époque. C’est l’histoire de gamins de CM2 qui se déchirent sur la situation conjugale de leurs parents respectifs ; c’est la guerre des boutons moderne, avec le stigmate du divorce en ligne de mire, et le retournement du stigmate. Patrick Braoudé, beaucoup plus tard, rappellera que ce n’était pas un sujet dérisoire, car, « à l’époque, les enfants de divorcés étaient des moutons noirs »

Image de prévisualisation YouTube

Évidemment, c’est l’identification à des jeunes un tout petit plus vieux que moi qui a joué sur l’engouement que je porte à ce film : voir ces jeunes vivre des trucs (à peu près) réalistes, drôles (certaines scènes sont terribles), pas édulcorés (les douleurs des enfants liées à un divorce, en particulier), m’a permis de m’identifier aux personnages. Et puis, il ne faut pas oublier le point essentiel : le film est filmé du point de vue des enfants. Les personnages d’adultes ont également une responsabilité forte dans cet engouement : Victor, le prof et père de Pénélope (un certain Patrick Braoudé, génial), les parents de Julien (excellents Patrick Bouchitey et Clémentine Célarié), les personnages joués par Daniel Russo, Pascal Légitimus, Jean-François Derek, tous sont au diapason et apportent leur irrésistible touche personnelle au film. Voilà ce qui en a fait une de mes références. Bon, il y a aussi autre chose, moins avouable… Voilà, je… bon, je suis littéralement tombé amoureux de Jennifer Lauret, qui joue Pénélope, la fille de l’enseignant Victor, la plus belle fille de l’école, qui est en CM1. J’étais tellement amoureux d’elle, que j’avais mis sur pause le générique de fin pour retrouver son nom, puis chercher son numéro de téléphone dans l’annuaire… Finalement, il y en avait tellement, des Jennifer Lauret, dans l’annuaire, que j’ai abandonné, mais je peux maintenant dire que Pénélope m’a obsédé jusqu’au collège, même quand elle incarnait la fille aînée de Julie Lescaut…

 

À l’époque, le succès des Inconnus ne passe pas inaperçu, notamment dans ma famille. Pascal Légitimus constitue donc un appel, pour nous, à investir les films dans lesquels il joue. Et, en 1993, Patrick Braoudé réalise son deuxième long-métrage intitulé Neuf mois, avec un certain Pascal Légitimus. C’est donc reparti : VHS, visionnage, barres de rire familiales, revisionnage, connaissance par cœur, classique.

Image de prévisualisation YouTube

Celui-là aussi est donc devenu un classique instantané, c’est drôle, c’est sensible, c’est politiquement incorrect. Là encore, Patrick Braoudé n’adopte pas le point de vue habituel sur la question : ici, la grossesse est appréhendée du point de vue des hommes, avec tout ce qu’il y a de questionnements et d’incompréhensibles… Ce décentrement du regard permet à la fois aux gags de se déployer, et c’est véritablement jouissif, mais aussi, plus profondément, de poser un certain nombre de questions – même si c’est sous un angle philosophi-comique –, des questions que, à partir d’un autre point de vue on ne se poserait pas. La relation qu’a Samuel (Patrick Braoudé), psychanalyste, avec son jeune adolescent de patient est à ce titre exemplaire : au fur et à mesure de la grossesse, qu’il vit mal, Samuel éprouve de plus en plus de difficultés à entendre les griefs de ce patient à l’endroit de son père, ce qui le mènera à violemment gifler le patient ! Ou, lorsque Samuel est bousculée par des visions, où il se voit déjà père, et qui se terminent toutes mal.

Encore une fois, Patrick Braoudé a fait appel à des acteurs qui, pour certains, deviendront des amis : Patrick Bouchitey, Daniel Russo, Pascal Légitimus, Catherine Jacob. Encore une fois, tous sont au diapason, encore une fois, tous viennent avec leur univers propre. Et ça marche ! Légitimus gauche et maladroit, Russo faussement sûr de lui, un peu beauf et brute, finalement très sensible, Bouchitey faussement cynique et heureux, finalement très sensible aussi, Jacob absolument géniale dans son rôle de mère à répétition, rodée, tutrice d’une Philippine Leroy-Beaulieu dont l’humeur passe par tous les stades.

Peu à peu, cet univers qui coagule autour de Patrick Braoudé m’en ouvre de nouveaux, sans toutefois que je sois lâché complètement. En-dehors des Inconnus, dont je n’ai pas attendu de voir les deux films de Braoudé pour apprécier les sketchs, je fais mien une partie de l’univers de Patrick Bouchitey (La Vie privée des animaux dans les années 1990, par exemple), qui m’amène, avec d’autres, au cultissime Les Démons de Jésus de Bernie Bonvoisin, dans lequel il joue un gitan, aîné d’une fratrie qui vit dans la banlieue ouest à la fin des sixties, puis le deuxième Bonvoisin, Les Grandes bouches.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Il y a aussi Daniel Russo qui, pour moi, reste d’abord la voix française de Danny de Vito ou de Harvey Keitel. Ah, je l’entends encore dire, dans Pulp Fiction : « Si vous le voulez bien, on se taillera des pipes plus tard, les enfants. »

Image de prévisualisation YouTube

Daniel Russo reste pour moi un acteur génial, qui est capable de passer d’une émotion à une autre, d’un registre à l’autre, de manière très fluide, très naturelle. Il a beaucoup joué au théâtre, d’ailleurs, notamment avec son ami Laurent Baffie. Quelqu’un d’important pour moi.

Image de prévisualisation YouTube

En 2000, Patrick Braoudé sort son quatrième film, Deuxième vie, qui voit un trentenaire immature et indécis en 1982 parachuté en 1998, où il est devenu tout ce qu’il détestait. Une variation franchouillarde sur le thème du Hook de Steven Spielberg (1991). Si le film, à mon goût, fonctionne moins bien que les deux précédents, il reste drôle et décalé, Patrick Braoudé faisant toujours preuve d’un humour bien à lui, d’un sens du décentrement, de la situation, et d’une certaine tendresse au travers d’un regard critique sur la société. On y voit toujours Daniel Russo, mais Thierry Lhermitte, Gad Elmaleh, Elie Semoun et Isabelle Candelier ont remplacé les autres. Il y a toujours de bonnes trouvailles, l’alternance entre l’humour et l’émotion, l’absurde et le comique de situation, et un Patrick Braoudé qui mime, à certains moments, Louis de Funès. Il y a un côté enfantin, candide, généreux chez lui, aux antipodes de l’humour cynique habituel, c’est peut-être cela qui est intemporel et qui donne tout son charme à ses films.

Image de prévisualisation YouTube

Avec ces trois films (il en a réalisé un que j’ai raté, Amour et confusions en 1996, puis le Iznogoud en 2004 avec Michaël Youn, que j’ai soigneusement évité sans savoir que c’était lui qui réalisait), Patrick Braoudé a contribué à faire de moi ce que je suis, modestement. Braoudé, c’est quelqu’un qui nous parle, finalement, avec un humour, une sensibilité, une inventivité, une folie douce, une intelligence, une humilité. Et puis, c’est quelqu’un qui a son univers propre, qui amène d’autres univers (P. Légitimus, D. Russo, P. Bouchitey, C. Jacob, Gad Elmaleh, E. Semoun par exemple) et qui laisse de la place à ces univers pour s’exprimer sans que ceux-ci écrasent ou salopent le propre univers de Patrick Braoudé. C’est un pont, Patrick Braoudé. Un pont entre Les Inconnus et Le Splendid, entre La Vérite si je mens et La Soif de l’or, entre Les Clefs de bagnole et Bernie Bonvoisin…

Tiens, en parlant de pont. J’ai déjà donné un lien entre lui et Tarantino : Daniel Russo donnant sa voix à Harvey Keitel. Il y en a un autre : Maria de Medeiros, cette actrice dont je suis follement amoureux depuis qu’elle a dit à Bruce Willis, de sa voix doucement naïve : « Je me regardais dans la glace ce matin… J’aurais voulu avoir de la brioche […] Un peu de bide, c’est très sexy. […] Il suffit que le reste soit beau, un beau visage, de belles hanches, de belles jambes, un beau derrière, mais avec en plus un petit ventre bien rond, une belle brioche. Si j’en avais une, je mettrais des t-shirts très collants pour que les gens la regardent. […] Dommage que ce qu’on a du plaisir à toucher et ce qu’on a du plaisir à regarder aillent rarement ensemble… »

Bonus : Patrick Braoudé, en interview pour une expo photo (date : après 2013) :

Image de prévisualisation YouTube

Bonus 2 : Tiens, en voilà un autre, de pont : Thierry Frémont, Bernard Lecoq et Patrick Braoudé réunis pour un téléfilm (2013) :

Image de prévisualisation YouTube


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE