Ce que j’en dis…

Jacques Rancière : « Election et raison démocratique »

 

Souvent,  je lis des textes, je les trouve brillants, et je ne sais pas faire autrement pour les utiliser que de les retranscrire entièrement. Voici un article du philosophe Jacques Rancière datant de 2007, penseur radical de l’égalité, que je découvre de jour en jour, et qui tiraille toujours un peu plus ma réflexion !

 

RC20150325-Maagdenhuis-Jacques-Ranciere-02-1030x686

Jacques Rancière pour un entretien à Filosofie Magazine, devant des étudiants de l’université d’Amsterdam (Maagdenhuis), mai 2015, copyrights Roger Cremers.

 

Cette élection présidentielle, comme les précédentes, donne aux médecins bénévoles ou intéressés l’occasion de reprendre l’antienne de la crise ou du malaise de la démocratie. Il y a cinq ans, ils se déchaînaient contre ces électeurs inconscients qui votaient selon leur goût personnel pour des « candidats de protestation » et non en citoyens responsables pour des « candidats de gouvernement ». Aujourd’hui, ils dénoncent l’empire des médias qui « fabrique » des présidentiables comme on lance des produits. En dénonçant ce qu’ils considèrent comme une perversion de l’élection présidentielle, ils confirment le postulat que cette élection constitue bien l’incarnation suprême du pouvoir du peuple.

L’histoire et le bon sens enseignent pourtant qu’il n’en est rien. L’élection présidentielle directe n’a pas été inventée pour consacrer le pouvoir populaire mais pour le contrecarrer. Elle est une institution monarchique, un détournement du suffrage collectif destiné à le transformer en son contraire, la soumission à un homme supérieur servant de guide à la communauté. Elle a été instituée en France en 1848 comme contrepoids à la puissance populaire. Les républicains avaient cru en limiter le risque par un mandat de quatre ans non renouvelable. Le coup d’État de Louis Napoléon fit prévaloir l’esprit monarchiste de l’institution sur sa forme républicaine.

Après 1870, il n’en fut plus question jusqu’à ce que de Gaulle la rétablit en 1962. Il s’agissait, dit-il, de donner à la nation un guide au-dessus des partis. Il s’agissait en fait de donner tout pouvoir à ce guide en mettant l’appareil entier de l’État au service d’un parti minoritaire. Toute la gauche alors le comprit et vota contre cette institution. Apparemment, tous l’ont oublié : les socialistes qui découvriront, avec les avantages pratiques du système, les charmes privés de la vie de cour ; les communistes et l’extrême gauche qui y trouvèrent les moyens de monnayer leurs voix en vue des partages de circonscriptions ou de faire un peu de propagande pour leur boutique. Rien d’étonnant à ce que tous, ou à peu près, aient fait chœur en 2002 pour plébisciter le candidat de cette « démocratie ».

Aujourd’hui comme hier, pourtant, l’élection présidentielle est la caricature de la démocratie. Elle la ramène au modèle économique qui gouverne notre monde, la loi de la prétendue concurrence au service du « choix rationnel » des individus. Le pouvoir d’intelligence de chacun et le pouvoir de décision collectif sont censés s’y exercer en choisissant un individu doué de vertus exactement antagoniques : représentant de son parti et indépendant à l’égard des partis, penché à l’écoute de nos « problèmes » et capable de nous imposer les lois de la science gouvernementale. Ils sont censés valider en même temps un charisme personnel et la rationalité d’un programme, fabriqué sur la base des petits bouts d’expertise apportés par les spécialistes de chaque domaine, chiffrant ce qu’on va dépenser pour la santé ou pour la justice, pour l’entreprise ou pour le logement, en répartissant par avance les bénéfices d’une croissance à venir qui dépend elle-même de la confiance que « les marchés » voudront bien accorder à tel patchwork d’expertises et de promesses plutôt qu’à tel autre.

Certains croient élever notre participation collective en « interpellant » les candidats et en leur demandant des engagements pour la création de tel enseignement, le soutien de telle activité artistique ou le développement de tel type de traitements. La « vigilance démocratique » qu’ils prétendent ainsi exercer ne fait que consacrer la démission collective au profit d’une sagesse suprême censée veiller en même temps aux grands enjeux de la planète et à la distribution de chaque centime entre chaque groupe de pression.

Le modèle économique du libre choix et de la libre concurrence que des voix complaisantes opposent aux rigueurs de l’étatisme est en fait exactement homologue aux formes de l’emprise étatique sur nos pensées et nos décisions. Qui prétendra déterminer la balance entre les profits et les coûts des mesures proposées par chaque candidat pour la justice et pour les transports, pour l’enseignement et pour la santé ? Qui saura calculer le rapport entre l’équilibre interne des programmes, l’autorité prêtée à celui ou celle qui doit les incarner et la « confiance des marchés » ? Celui qui voudrait le faire honnêtement serait naturellement conduit à l’abstention. Le choix est, de fait, entre l’abstention et la décision de s’en remettre en votant à ceux qui se déclarent plus capables que nous de faire le calcul.

Le pouvoir que l’on exerce en votant pour tel ou telle n’est pas le choix rationnel du plus capable, c’est simplement l’expression du sentiment vague que tel bulletin confié au secret de l’urne exprime mieux la préférence que l’on a pour l’autorité ou pour la justice, pour la hiérarchie ou pour l’égalité, pour les pauvres ou pour les riches, pour le pouvoir des compétences établies ou pour l’affirmation de la capacité politique de n’importe qui.

Le paradoxe est que ce sentiment vague, qui dit la vérité du prétendu choix rationnel des offres concurrentielles, est plus proche en définitive de la véritable rationalité politique : la politique, en effet, est d’abord affaire de sentiments « vagues » sur quelques questions de principe : sur la question de savoir si ceux qui vivent et travaillent dans un pays appartiennent à ce pays, si ceux ou celles qui font le même travail doivent recevoir des salaires différents selon leur sexe, si ceux ou celles qui se présentent pour un emploi ou un logement doivent être distingués selon leur origine et la couleur de leur peau, et en définitive si les affaires de la communauté sont les affaires de tous ou celles d’élites composées des professionnels du gouvernement, des puissances d’argent et des experts de telles écoles et de telles disciplines.

Ce sentiment se formule, de manière cryptée, à travers les abstentions ou les votes déviants pour les candidats de « protestation » ; il s’exprima plus clairement déjà dans le refus d’une Constitution européenne que tous les experts présentaient comme l’incarnation de la raison et de l’avenir radieux. Il prend sa forme propre avec l’action collective de tous ceux et de toutes celles qui affirment leur capacité de juger de la validité de telle mesure concernant l’emploi ou les retraites, l’enseignement, la santé ou la présence des étrangers sur notre sol, de sa conformité au sens de notre communauté et de ses conséquences pour l’avenir.

Le quinquennat qui s’achève en a éprouvé les conséquences. La loi sur le Contrat première embauche (CPE) votée par le parti tout-puissant du président plébiscité s’est trouvée caduque quand des dizaines de milliers d’étudiants ont pris sur eux de remettre en cause l’avenir qu’elle leur proposait, d’agir et de constituer autour de leur action une autre « opinion publique ».

Il n’y a pas de crise ou de malaise de la démocratie. Il y a et il y aura de plus en plus l’évidence de l’écart entre ce qu’elle signifie et ce à quoi on veut la réduire.

 

Jacques RANCIERE (2007), « Élection et raison démocratique », 22 mars, Le Monde, reproduit in Jacques Rancière (2009), Moments politiques. Interventions 1977-2009, Paris, La Fabrique, pp. 171-175.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE