Ce que j’en dis…

LCS 147. Herbie Mann, « Jungle Fantasy », 1962
31 mai, 2015, 15:21
Classé dans : Musique & Music

 

Herbie Mann, « Jungle Fantasy », sur l’album St. Thomas, édité en 1962 chez United Artists Jazz.

Image de prévisualisation YouTube

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



L’Edito-Eco de Lud le Scribouillard #020

 

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de balancer un Edito-Eco un peu particulier, dans lequel je reproduis un essai d’un immense écrivain, Jack London. Longtemps, j’ai cru que Jack London était celui qui avait écrit Croc Blanc. Entendre : celui qui n’avait écrit que Croc-Blanc. Et encore, ne l’ayant toujours pas lu, je n’avais de Croc-Blanc qu’une vague idée, certainement fausse, véhiculée par ses mièvres succédanés télévisuels : un conte pour enfants avec un chien moral qui parle (ou qui pense à voix haute), à peine plus palpitant que L’incroyable voyage…Voilà ce que je connaissais de Jack London.

Il y a quelques mois, une très chère amie, connaissant mes engagements savants et politiques, m’enjoint de lire Le Talon de fer (The Iron Heel), publié en 1908, roman dans lequel Jack London imagine une révolution socialiste aux États-Unis en 1914.

 jacklondon

J’entre dans une librairie, et cherche l’ouvrage en question, en vain. Déçu de passer pour un temps à côté d’une œuvre aussi attrayante, je décide de partir avec un autre ouvrage de l’écrivain, pour enfin le découvrir, lui et ses engagements. Après une intense comparaison entre les différents titres disponibles, mon choix se porte sur un recueil d’essais politiques et personnels, intitulé Révolution (du titre d’un essai de 1908) suivi de Guerre des classes, publié chez Libretto.

C’est l’un de ces essais que je reproduis ce jour : un texte d’une sincérité et d’une justesse incroyables, en plus d’un certain style, que, malgré la dimension très biographique, on pense avoir été écrit pour notre époque libérale et cynique ; un texte qui a digéré Marx et le marxisme, voire même Thorstein Veblen, et qui contient déjà en filigrane Karl Polanyi, Pierre Bourdieu et Frédéric Lordon. Ce texte s’intitule « Ce que la vie signifie pour moi ». Bonne réflexion ! (suite…)



LCS 146. Cachao, « A Gozar Con Mi Combo », 1994
23 mai, 2015, 13:08
Classé dans : Musique & Music

 

Israel « Cachao » Lopez, « A Gozar Con Mi Combo », sur l’album Master Session vol. 1, paru en 1994 chez Epic (le morceau est certainement plus ancien).

Image de prévisualisation YouTube

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



LCS 145. B.B. King, « The Thrill Is Gone », 1969
15 mai, 2015, 23:08
Classé dans : Musique & Music

 

Un immense Monsieur est parti ces jours-ci, un putain de bonhomme qui a fait vibrer mes vies rêvées. B.B. King est mort le 14 mai 2015 à 89 ans, dans son sommeil. Le frisson ne partira jamais, il est en nous. RIP.

B.B. King (Riley B.), « The Thrill Is Gone », sur l’album Completely Well, paru en 1969 chez Bluesway. Un sublime morceau que j’ai découvert ado dans la bande originale du Casino de M. Scorsese (1996), et que je ne cesse de réécouter, tellement il renferme toute l’essence du blues…

Image de prévisualisation YouTube

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



L’Edito-Eco de Lud le Scribouillard #019

F. Hollande – enfin, surtout la vacuité idéologique qu’il incarne – n’a décidément rien compris à l’Histoire. Exposé en quatre points.

1. Haut dignitaire d’un Parti dit « Socialiste », F. Hollande s’est fait élire en 2012 sur une méprise doublée d’une conjoncture particulière : non content d’apparaître comme une force suffisante pour battre N. Sarkozy, cette apparence se double en effet d’une posture de gauche (« Mon ennemi, c’est la finance », la taxe à 75%) à défaut d’avoir véritablement un programme de gauche (équilibre des comptes publics, allègements fiscaux et aides publiques aux entreprises). A titre personnel, je pense qu’il se croit encore sincèrement socialiste ; il a simplement oublié ce que signifiait ce mot…

2. Élu de justesse au 2nd tour, sa politique économique se révèle en fait très… libérale, sur les questions de la croissance, du chômage, de l’emploi ; on l’entend même reprendre à son compte, mot pour mot, la fumeuse « loi » des débouchés de Jean-Baptiste Say ! On a pu croire à un « tournant », mais c’était passer sous silence le parcours du bonhomme (HEC, IEP, ENA, Mitterrand, J. Attali, Cour des comptes, « oui » à la Constitution européenne en 2005, etc.), du parti qu’il incarne (le tournant libéral date en fait de… 1982) et des têtes qu’il a choisies pour mener sa politique (J. Cahuzac, P. Moscovici, M. Sapin, M. Valls, F. Rebsamen, E. Macron, sans compter les conseillers et/ou amis du Président : P. Aghion, P. Lamy, H. Védrine, D. Villemot, J. Attali, P. Villin, etc.). La « gauche » ou le « socialisme » incarnés par F. Hollande ressemble finalement, malgré les spécificités nationales, au Parti démocrate de Clinton, au SPD de Schröder, au Labour de Blair et de plus en plus au reagano-thatchérisme le plus crasse…

3. En avril 2015, à la TV, F. Hollande choque tous ceux qui se trouvent à sa gauche en comparant le FN contemporain à « un trac du PCF des années 1970 ». Toute l’extrême-gauche est scandalisée, à juste titre : pas vraiment par cette saillie qui, si on analyse la citation dans son contexte, est beaucoup plus prudente qu’il n’y paraît ; mais parce que l’insidieuse indistinction entre « les » extrêmes, ramenant dos à dos ce qu’on appelle l’extrême-droite et l’extrême-gauche, est répétée comme un mantra depuis plusieurs décennies, jusque dans les programmes d’histoire, alors qu’il n’y a rien de commun entre ces deux « extrêmes » ; ils sont même antinomiques !

4. Hier, F. Hollande était à Cuba, en particulier pour faire des affaires. Il en a profité pour rencontrer Fidel Castro, lider de la Révolution cubaine en 1958, et l’a qualifiée de « rencontre de l’Histoire ». Deux propositions antithétiques. Que va faire F. Hollande chez Castro ? « Rassurer sa gauche », affirment les journalistes, comme si les idéaux de gauche étaient portés par le vieux barbu. En fait, il vient y faire des affaires. Lorsque Castro (Raul, pas Fidel) annonce l’ouverture de Cuba aux investisseurs étrangers (à l’image de la Chine des années 1980), les démocraties libérales oublient le caractère non démocratique de l’île et foncent y vendre tout un tas de cochonneries. Business is business. C’est comme se féliciter de vendre des armes au Qatar, soupçonnés de financer… le djihadisme ! Mais revenons à nos moutons, car il y a plus grave que faire du business avec des pays loin d’être de gentilles démocraties. Ce qui est grave, c’est que, d’un côté, les sociaux-libéraux, incarnés en France par le PS, décrédibilisent les idéaux progressistes portés par l’extrême-gauche actuelle en les comparant aux idéaux fascistes, alors que de l’autre, ils n’hésitent pas à commercer avec des fascistes qui se réclament de l’idéal révolutionnaire (le tampon « vu avec F. Castro » est censé valider le caractère « de gauche » de F. Hollande), mais qui sont en fait responsables de la trahison de cet idéal, avec les régimes soviétiques, chinois, nord-coréen…

Relisez cette dernière phrase au calme…

 

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



LCS 144. The Harvey Averne Barrio Band, « Cayuco », 1971
8 mai, 2015, 10:39
Classé dans : Musique & Music

 

The Harvey Averne Barrio Band, « Cayuco », sur l’album The Harvey Averne Barrio Band, sorti en 1971 chez Heavy Duty Records.

Image de prévisualisation YouTube

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



Lud Le Bootleger s’amuse avec du bourbon
5 mai, 2015, 12:21
Classé dans : Epicurian Arts

 

Depuis que je me suis lancé dans le bartending amateur, en humble artisan, je me délecte. Je cherche, essaie, échoue et prend beaucoup de plaisir à affiner mes recettes. Aujourd’hui, je partage deux recettes avec comme base du bourbon.

 

La première est une recette trouvée dans la 75e édition du Mr Boston Official Bartender’s Guide (2012), que j’ai éprouvée à plusieurs reprises au point de l’avoir twistée !

C’est un cocktail qui s’appelle le Magnolia Maiden. La recette du Mr Boston est la suivante : dans un shaker sur glace, introduire 1,25 oz de bourbon (Maker’s Mark), 1,25 oz de liqueur Mandarine Napoléon, 1/12 oz de sirop de sucre simple. Verser dans un verre old-fashinoned rempli de glace, allonger avec 1/12 oz d’eau gazeuse (Perrier).

J’ai juste ajouté trois traits de Chocolote Bitters (Scrappy’s Bitters) dans le shaker, et j’ai allongé avec un peu plus d’un douzième d’eau gazeuse (environ 1 oz), tout en exprimant un zeste de mandarine (Espagne).

DSC_1682 - Copie

Le résultat est intéressant : on sent distinctement la rudesse du bourbon et l’amertume de l’agrume, qui se marient magistralement avec le chocolat du bitters. Un cocktail assez fort, mais relativement riche en goût, avec une finale très aromatique.

Je n’ai pas trouvé grand-chose sur l’origine de ce cocktail, à part le fait qu’il est souvent préparé avec du curaçao orange (Grand Marnier) au lieu de la liqueur Napoléon prescrite par Mr Boston. Je n’ai donc aucune idée de l’histoire de ce cocktail. Ce qui est intéressant, c’est qu’il mêle la nouveauté (cette liqueur est peu utilisée par les bartenders) avec la tradition : le cocktail, à l’origine, c’est un spiritueux, du sucre, de l’eau et un bitters.

(suite…)



LCS 143. Michael Lloyd & Le Disc, « De Todo Un Poco », 1987
2 mai, 2015, 16:30
Classé dans : Musique & Music

 

Micahel Lloyd & Le Disc, « De Todo Un Poco », sur la bande originale de Dirty Dancing, paru en 1987 chez RCA.

Image de prévisualisation YouTube

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !


Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE