Ce que j’en dis…
  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2014

LCS 110. Back to (underground) Perù 1964-1974 [compil 2009]
29 juillet, 2014, 18:03
Classé dans : Musique & Music

 

Commençons cette LCS ratiboisée par une compilation entière défrichant la scène rock underground du Pérou sur la période 1964-1974. Le volume 1 était déjà du tonnerre, écoutons le volume 2, édité par Vampi Soul en 2009. Une compil qui a du chien ! 

Image de prévisualisation YouTube

 

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



Blog : tout change pour que rien ne change !
29 juillet, 2014, 11:41
Classé dans : Ma gestion du blog

 

Chers lecteurs, erratiques ou assidus,

Les années passent, et mes passions ne s’épuisent pas, bien au contraire. Le blog a sa page Facebook et sa page Twitter. Les visites et les clics sur le blog augmentent toujours, mais moins rapidement, il semble que j’atteigne un plafond, même si j’ose croire que vous pouvez encore faire mieux en propageant mes articles ici ou là. 

Cette année 2014 est assez spéciale dans ma vie : avec ma belle, ma muse, mon amour, mon amie, je viens défier le réchauffement climatique, la crise économique et la bombe démographique réunis puisque nous allons bientôt mettre au monde des jumeaux : pour sûr, ils sauveront le monde !

En tout cas, les journées ne dépassant pas (encore) 24h, le temps consacré au blog subira irrémédiablement une baisse non négligeable. Pour autant, ne grimpez pas sur vos grands chevaux, j’ai bien l’intention de continuer à alimenter ce lieu d’expression. Le temps entre deux articles publiés sera certainement un peu plus long… Mais, pour éviter que vous fassiez trop d’infidélité au blog, je prendrai la liberté de publier des Chansons de la Semaine dénuées de texte : plus simple pour moi, et pas moins passionnant pour vous !

Continuez à me lire et à partager mes humbles textes ; si vous pensez que ça ne vaut pas grand-chose, dites-vous qu’au moins, vous rendrez fiers mes deux rejetons !

IMG_9237 - vert

Je vous aime putain !

 

Lud le Scribouillard

 

********************************

N’oubliez pas ma page Facebook : like & share !



LCS 109. Gérard Calvi, « Obélix Samba », 1976
14 juillet, 2014, 9:58
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un morceau composé par Gérard Calvi en 1976 pour la bande originale du film Les Douze Travaux d’Astérix, qui s’intitule « Obélix Samba ». Compositeur et chef d’orchestre né en 1922, Gérard Calvi a fait une carrière très prolixe et très variée : compositeur pour Piaf, Liza Minnelli, Sinatra, réalisateur d’œuvres symphoniques, de pièces pour solistes, de musiques de chambre, d’opérettes, de partitions pour le théâtre, la télévision, le cinéma (notamment un chef-d’œuvre inconnu avec Guy Bedos : L’œuf en 1972)… Dans Le Petit Baigneur (1968), dont il compose la musique, on l’aperçoit même en chef de la fanfare vers la fin du film.

defunes-calvi

De Funès, Robert Dhéry, Colette Brosset et Gérard Calvi dans la pièce La Grosse Valse (1962)

Revenons sur cette samba : un sommet de la pop française, un morceau génial, rythmé, dansant, dans une scène psychédélique qui appelle aux plaisirs, tous les plaisirs. Manger, danser, faire l’amour, sans règle, sans carcan ; ça laisse rêveur… Ces petits pieds qui gambadent, ces fesses rebondies qui remuent, ces robes presque transparentes qui ne cachent pas grand-chose. On est bien sur l’île du plaisir. Presque un titre de porn music vintageLes Douze Travaux est un chef-d’œuvre du 7e art, je ne mâche pas mes mots, c’est très sérieux. Bon, peut-être que le fait d’être né au milieu des eighties et de voir ce film régulièrement depuis ma tendre enfance aide… Pourquoi un chef-d’œuvre ? Parce que : dessin animé sans prétention qui s’adresse aux enfants, le film dispose de plusieurs niveaux de lecture subtils, d’un humour intelligent et corrosif, qui puise d’ailleurs dans la culture populaire comme dans la culture savante, d’un dessin aussi enfantin que complexe (la maison qui rend fou, les couleurs de l’île du plaisir, les ombres planantes des fantômes, les monts enneigés, etc.), d’une construction en tiroirs avec cette réflexion morale mais jamais manichéenne sur les épreuves à franchir ; le tout repose sur une alchimie syncrétique et PAF ! un pur chef-d’œuvre ! C’est le 2e et dernier film de la série Astérix, après Astérix et Cléopâtre, qui sera réalisé par Goscinny et Uderzo, les auteurs originaux, ce qui explique qu’il soit si bon. Notons qu’en 1976, EMI Pathé sort deux disques vinyles : un LP qui reprend les dialogues, bruitages et musiques du film, que tous les diggers ont dans leur collection ; et un EP avec cinq titres seulement, dont « Obélix Samba », qui est au contraire très rare. Sur les panneaux de fin des Douze Travaux, on lit que « la samba a été dansée pour nos animateurs par Lourdes de Oliveira et Luiz Antonio Carraro » ! Dommage que ce titre si obsédant, cet appel hédoniste, dure si peu de temps… 

Image de prévisualisation YouTube

Bonus : « Les Revenants », Les Douze Travaux d’Astérix (1976) [à noter que ce titre ne figure sur aucune bande originale ; je ne sais donc absolument rien de ce morceau génial, avec cet air lancinant...]

http://www.dailymotion.com/video/xbf1ig

 

********************************

N’oubliez pas ma page Facebook : like & share !



LCS 108. Luther Davis Group, « You Can Be A Star », 1979
7 juillet, 2014, 7:19
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un titre du Luther Davis Group, « You Can Be A Star », tiré du 45 tours You Can Be A Star/To Be Free, sorti en 1979 chez Life Time Records.

luther davis group soul cal B

C’est bien l’une des premières fois que je vais décevoir : je n’ai (presque) rien trouvé sur ce groupe ! J’ai entendu le titre à la radio (FIP, je crois), ou sur l’excellent site Le Mellotron, qui m’a d’ailleurs donné l’essentiel des informations : « On en sait trop peu sur ce rarissime 45 tours enregistré en 1979 par Luther Davis Jr. […]. Heureusement pour nous grâce aux diggers de northern soul, ce disque tiré à peu d’exemplaires sera la première réédition de la maison Soul Cal en 2003, une division de Stones Throw tenue par Egon et Peanut Butter Wolf dont l’essence est justement la réédition de perles modern soul et autres pépites funky-disco. Une évidence donc, pour ce 45 tours avec le combo gagnant « You Can Be A Star » pour la face A et « To Be Free » pour la B. Deux titres totalement funky et empreints d’une soul planante. Riffs de guitare entraînants, voix feutrée et touche de cuivres font de [ce titre] un hit parfait et vous donne une subite envie de s’envoler et d’envahir le monde. » J’ai cru comprendre que la carrière du groupe a été plus qu’éphémère, avec seulement deux 45T sortis (l’autre chez Inner : Keep On Dancing/You en 1977 ou 1978)[1]. Le titre « You Can Be A Star » figure sur la compil Soul Cal Disco & Modern Soul 1971-1982 sortie en 2012, dans lequel se trouve un livret très fourni qui, peut-être, nous apportera plus d’amples informations (je n’ai pas encore eu la chance de l’avoir entre les mains). Passons. Ce titre est un véritable bijou, d’une extrême efficacité, rythmé comme il faut pour les dance-floors de cette période caractéristique de l’hédonisme sombre : tu peux devenir une star, même toi, jeune femme, jeune pédé, jeune noir ou latino, tous prolos et peut-être tout cela à la fois, même l’espace d’une nuit seulement… Même Tony Manero. Le sida n’a pas encore fait les ravages qu’on connaît, mais la misère, le labeur, le racisme, le sexisme, la violence, le chômage sont des maux connus, pour une bonne partie des classes populaires et dominées, ce qu’on appelle les minorités, des pays développés, en particulier dans le berceau américain du capitalisme. C’est toujours la même histoire : quelques heures durant, le temps d’avoir l’illusion d’échapper à sa condition, à l’image de Cendrillon qui n’a que jusqu’à minuit pour devenir celle qu’elle n’est pas, tous les Tony Manero du monde deviennent des stars. C’est aussi ce qui leur permet de retourner au turbin le lundi matin : l’espoir de s’en sortir, devenir libre (to be free)…

Image de prévisualisation YouTube

Bonus : Luther Davis Group, « To Be Free », 1979

Image de prévisualisation YouTube

 

********************************

N’oubliez pas ma page Facebook : like & share !


[1] Sur le forum Funk-O-Logy.


Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE