Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 86
2 juin, 2013, 20:27
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

J’ai choisi cette semaine la bande originale complète de Summer School, film réalisé par Godfrey Daniels en 1979.

La Chanson de la Semaine 86 dans Ca, de l'art ? p

Long-métrage porno de la mythique époque seventies, Summer School n’est apparemment pas resté dans les annales, si j’en crois mon enquête sur Google, et ma lecture assidue du lourd pavé The Other Hollywood[1], malgré la présence d’actrices comme Laurien Dominique, Lisa K. Loring et Lysa Thatcher. Une histoire d’initiation sexuelle de jeunes étudiantes. Classique. Mais pas question ici de palabrer sur le film : je ne l’ai pas vu. En fait, c’est en écoutant les mix de Drixxxé, producteur de Triptik, que j’ai découvert ce truc. Sur Soundcloud, le 8 mars dernier (journée de la femme !), il publie une mixtape, sélection aux petits oignons de soundtracks de films érotiques et pornos vintage, intitulée Sextape. A l’écoute, une heure de pur plaisir, dont un (voire deux) morceau(x) issu(s) de Summer School, mais j’aurai l’occasion de reparler du mix. J’ai déniché assez peu d’infos sur cette bande originale de 1979, réunion instrumentale de plusieurs artistes dont j’ignore encore les noms. Le disque a été réédité par l’excitant label Fraykers Revenge. Peu importe : ces trois quarts d’heure de soul-funk-jazz sont jouissifs, un peu rétros, parfois dansants. On ressent toute cette luxure joyeuse du sexe libre caractéristique du porno 70s, ce vent cru de liberté qui régnait alors dans ce milieu. Si on fait abstraction du genre (ne pas regarder ces improbables étudiantes sur la splendide affiche), on pourrait croire à un film blaxploitation, avec sa ligne de basse, l’utilisation frénétique de la wah-wah, ses cuivres chauds, son énergie caractéristique (« Heavy Lift », « Black Bison », « The Fix », « What’s Cooking », « Hit The Road »). Quelques titres soul, pourtant, ne laissent guère de place au doute (même si on reste proche des B. Withers, O. Redding, A. Green) : sur « Angel Of The Morning », par exemple, on imagine bien un lit, des individus submergés par le désir au petit matin, le soleil éclatant, l’herbe humidifiée par la rosée, les pratiques déviantes… Certains morceaux sont presque bucoliques (« Sunrise Idyll ») ! « Nova » est magique, le pendant sexuel de « Summer Madness » de Kool & The Gang. Et puis cette balade (« Pretty Soul Rock ») qu’on devine sensuelle est magnifique dans ce qu’elle contient de stupre sous-jacent… Bref, il faudrait être fou pour laisser dormir l’orchestration cohérente de ce bijou musical dans des placards poussiéreux.

Image de prévisualisation YouTube

 

********************************

N’oubliez pas ma page Facebook : like & share !


[1] Legs MCNEIL, Jennifer OSBORNE (2011), The Other Hollywood. L’histoire du porno américain par ceux qui l’ont fait, Ed. Allia. 


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE