Ce que j’en dis…

Chronique Facebook #002
23 janvier, 2013, 14:32
Classé dans : Musique & Music

Continuons la traversée de notre profil Facebook. Aujourd’hui, au menu : exclusivement de la musique !

 

I like black music ! (du 04 au 06/01/12)

 

Naviguant sur les profils de mes nouveaux amis numériques, je tombe sur une chanson de Sam Cooke, « Change is gonna come » (1964) publiée par une amie. Je commente alors : « Moi qui adore la musique, tu viens de me faire découvrir que cette chanson état de Sam Cooke, grand pourvoyeur de tubes noirs, et non du Grand Otis Redding, qui la chante aussi magnifiquement sur son album Otis Blue en 1965. Merci ! »

Image de prévisualisation YouTube

Puis, elle publie un titre incroyable du même Sam Cooke, « Summertime » (1957). Je commente : « Je ne connaissais pas non plus cette chanson […] ! Tu es une tueuse ! Pourtant, j’ai déjà écouté un énorme best of de lui ! Cette chanson est excellente, un peu brumeuse, un peu bizarre, et puis cette voix ! »

Image de prévisualisation YouTube

On dirait presque une illustration pour western ! En fait, mon amie m’apprendra qu’elle est composée en 1935 par George Gershwin pour son opéra Porgy and Bess. Elle persiste sur son mur en publiant un morceau des Five Blind Boys of Mississippi, « In The Wilderness » (1950), que je ne connaissais pas non plus. Mon commentaire : « Trop bon ! Quand le rock, ségrégation raciale oblige, s’appelait encore rythm’n’blues… Dans le même registre, je te conseille d’écouter la bande originale du jeu Mafia 2, c’est du même tonneau. Excellent ! »

Image de prévisualisation YouTube

Elle publie enfin, sur mon mur cette fois, une reprise de « Summertime » par Ella Fitzgerald et Louis Armstrong (1957), sublime aussi. Je commente : « […] Cette version est plus classique mais assez représentative d’une certaine scène (le jazz, les Noirs, l’Amérique, une certaine époque). J’aime aussi beaucoup ! On méconnaît souvent l’intense activité créatrice musicale de la 1ère moitié du XXe siècle, alors que si on cherche bien, on trouve des trucs incroyables de modernité, de sensualité, et on se rend compte que la musique est continuellement basée sur des emprunts, des vols, des reprises, des réinterprétations, des copies… »

Image de prévisualisation YouTube

 

I like black music bis ! (21/01/12)

 

Le 17 janvier suivant, Johnny Otis, le blanc qui préférait être noir, meurt à 90 ans. Trois jours plus tard, Etta James, l’une des découvertes d’Otis, atteinte d’une leucémie, décédait à son tour. Je décide de consacrer ma chronique musicale à cet évènement. Une amie publie plusieurs chansons de la diva noire sur son mur, dont cette merveilleuse et rocailleuse balade chantée avec BB King en 1993, « There Is Something On Your Mind ».

Image de prévisualisation YouTube

Sachant mon amour pour la musique, elle publie un article de Slate sur mon mur. RIP. Le même jour et sur ce même mur, elle me fait une demande : « Ça me plaît bien, le jazz/blues, je ne distingue pas vraiment les deux en fait… Que me conseilles-tu d’écouter pour débuter ma culture musicale dans ce genre ? […] Alors guide-moi, ô Grand Maître ! […] » Je lui ai répondu : « Pour ce qui est du jazz, tu peux y entrer par la très bonne (fausse) radio Jazz Nation 108.5 du jeu GTA IV (Art Blakey, Sonny Rollins, Miles Davis, Chet Baker, John Coltrane, etc.) + des artistes comme Charles Mingus, Sarah Vaughan, Billie Holiday, Dave Brubeck, Nina Simone, Art Tatum, Herbie Hancock, Jaco Pastorius, Weather Report, … Certains ont aussi touché au blues. Dans un style un peu mélangé (jazz, blues, rock des années 40-50), tu as aussi la BO du jeu Mafia 2, très bonne. Pour ce qui est du blues : Robert Johnson, Bessie Smith, Sonny Boy Williamson, Willie Dixon, Muddy Waters, Bo Diddley, Johnny Winter, John Lee Hooker, BB King, Howlin’ Wolf, Jimmy Vaughan, Taj Mahal, Stevie Ray Vaughan, Popa Chubby, etc. Voilà ce que j’écoute… Tu peux ajouter beaucoup d’artistes noirs comme Etta James, Aretha Franklin, Otis Redding, Ray Charles, Sam & Dave + des groupes de rock blanc qui fond du blues… » Le compagnon de mon amie ajoutera aussitôt Gary Moore à cette liste, artiste inoubliable. Quelques jours après, je publie sur son mur : « Je te rajoute quelques conseils musicologiques : l’album L.A. Woman des Doors (1971), Cab Calloway (1930-1960), Joss Stone (1990-2000), l’album Otis Blue d’Otis Redding (1965, que tu as commencé à écouter !), Dinah Washington (50-60), Minnie Riperton (excellente soul électrique des 70s), Booker T & the MGs (60)… Et puis un truc un peu chelou que j’adore : les compils Ethiopiques [un exemple ici] (une espèce de mix soul-rock des années 60-70-80 qui vient d’Afrique, que j’ai découvert dans le film Broken Flowers). Bonne écoute ! » Elle publiera quelques jours plus tard le titre « Phonograph » de Robert Johnson !

Image de prévisualisation YouTube

La suite au prochain opus !


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE