Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 72
1 juillet, 2012, 16:27
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un morceau de Girma Bèyènè, « Enkène Yèlélèbesh », vraisemblablement sorti en 1969 ; il est disponible sur les volumes 8 et 22 de la série de CD Ethiopiques, qui publie le meilleur de la musique de la corne de l’Afrique depuis les sixties.

La Chanson de la Semaine 72 dans Musique & Music girma-beyene-circa-1980

Comme beaucoup de cinéphiles, j’ai rencontré cette musique par hasard, en matant le blues d’un Bill Murray largué dans tous les sens du terme, dans Broken Flowers de Jarmusch, en 2005 : l’atmosphère du film baigne dans cet afro-jazz chelou, moite et rythmé, autour du thème répétitif de Mulatu Astatke. Le personnage incarné par Murray, droopy triste et empli d’expressions à force d’être inexpressif, reprend le fil de sa vie en fouillant dans son passé, à la recherche d’un fils hypothétique de 19 ans. J’ai instantanément été séduit par la musique, sous le charme de ce blues africain. On raconte que ces artistes écoutaient le rock, la pop, le jazz occidentaux sur de vieilles radios toutes pourries, et essayaient d’en reproduire les sons avec ce qu’ils avaient. D’où cette sonorité bien particulière, familière et étrange. Mais ces artistes sont bien plus que des copieurs autochtones de la musique occidentale, comme en témoigne ce titre, pris entre le jazz qu’on connaît et la culture de là-bas. Les cuivres raisonnent doucement, quand les hanches se meuvent toutes seules ; j’ai très vite été fouiné dans ces trésors que représente la série Ethiopiques, et j’y ai trouvé de véritables pépites brutes. Girma Bèyènè[1] commence sa carrière de chanteur au début des années 1960, puis exerce ses talents de pianiste, organiste, arrangeur avec son acolyte de toujours, Alèmayèhu Eshèté, dans le Alèm-Girma Band. Là, durant une quinzaine d’années, il innovera en créant une musique syncrétique. Et fatalement jubilatoire ! D’ailleurs, il est considéré comme un génie de la musique éthiopienne. Il émigre aux Etats-Unis en 1981, mais n’arrive plus à se produire sur scène, et sombre dans l’anonymat dans le quartier de Little Ethiopia, à Washigton D.C. Quel dommage…

Image de prévisualisation YouTube


[1] Cette micro biographie s’inspire de celle de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Girma_B%C3%A8n%C3%A8 ; et de celle d’un blogueur fan de cette musique : http://ethio-pain-music.blogspot.fr/2011/12/va-festival-af-des-musiques.html.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE