Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 61
15 avril, 2012, 17:21
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un titre de ZZ Top, « Blue Jean Blues », présent sur le 4e album du groupe intitulé Fandango, publié en 1975.

La Chanson de la Semaine 61 dans Musique & Music 169284-zztop-une-jpg_68750

Comme le groupe est l’un des favoris de mon paternel, j’écoute bien malgré moi cette logorrhée tex-mex heavy-blues, depuis ma plus tendre enfance. En particulier les 3e et 4e albums, enregistrés sur K7 audio, passant à la fois à la maison et dans l’autoradio de la R5, volume sonore à fond. Cette musique barbue fait tellement partie de mon histoire que j’ai longtemps confondu plusieurs chansons en une seule ! En 1970, Billy Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard, tous trois chiés par le Texas (ils sont respectivement nés à Houston, Dallas et Frankston), fondent leur band, écrivent plusieurs albums dont l’un des meilleurs de l’histoire du blues Tres Hombres en 1973 : « L’album de la maturité, au blues féroce comme un chien de prairie enragé, au son gras comme un bol de guacamole […]. »[1] Ils laissent ensuite pousser leur barbe et deviennent une grosse machine à partir du milieu des eighties. « Blue Jean Blues » est un blues ironique, un putain de pastiche dans lequel on sent toute la chaleur, la lourdeur du Texas, l’érotisme-gazoil d’une station BP échouée dans le désert ; une sexy nymphette et le bleu pétrole d’une paire de Levis… On connaît leurs tubes, bien évidemment : « Just Got Back From Baby’s », le magnifique mid-tempo « Jesus just left Chicago » (qui ressemble étrangement à l’une des chansons du jeu barré Road Rash III sur Megadrive ! voir ici), « Tush », et bien sûr « La Grange ». Le duo Tarantino/Rodriguez (ce dernier étant farouchement texan) utilise le très électrique « She Just Killing Me » dans Une Nuit en Enfer en 1996 ! « De Austin à El Paso, on prétend qu’ils sont encore plus populaires que Davy Crockett, Sam Houston […] et Jim Bowie réunis. Qu’avec eux dans ses murs, Fort Alamo ne serait jamais tombé. Que le Texas n’aurait jamais accepté de se ranger sous la bannière des glabres yankees. »[2] Génial ! Au milieu des années 2000, mon père me fait honneur : il emmène toute la petite famille à Montereau les voir en concert. Ça déménage toujours autant !

Image de prévisualisation YouTube


[1] Serge LOUPIEN (1995), « ZZ Top : Tres Hombres. Chronique », Rock & Folk hors-série n° 11, décembre, p. 45.

[2] Ibid.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE