Ce que j’en dis…

Mais putain, c’est quoi la dette ? (Episode 3)
1 mars, 2012, 14:12
Classé dans : Economie Politique ou Politique de l'Economie ?

Etat des lieux : la dette dans l’histoire[1]

En Europe, les souverains ont commencé à s’endetter à partir du XIVe siècle, principalement pour financer des campagnes militaires ; l’activité bancaire s’épanouit, le banquier est courtisé par le prince, qui lui offre certains privilèges. Mais gare au banquier si le prince ne peut plus rembourser : confiscations, rançonnages, persécutions, assassinats. « L’arbitraire princier est d’autant plus libre de s’exercer que la dette royale n’a pas le statut de dette publique. Contractée à titre personnel, la dette des monarques n’engage ni leurs descendants ni [le territoire] qu’ils dirigent. »[2] Très vite, la dette devient publique, pérenne, transmissible. « Elle devient ainsi plus attractive pour les créanciers »[3]. Cependant, la pratique des monarques n’évoluent guère : expropriation violente et défaut de paiement restent légion. La dette publique est régulièrement extérieure ; des banques font faillite. La Révolution industrielle change la donne. En effet, les conflits s’estompent, la productivité augmente, les revenus avec, la dette se dégonfle et les « énormes capacités de financement […] ainsi dégagées […] vont trouver leur chemin vers l’investissement privé, […] l’investissement immobilier et la spéculation financière. »[4] Les emprunts publics viennent (enfin) financer les infrastructures ; les banques se modernisent, les marchés financiers se développent… Et les crises bancaires jalonnent dorénavant le capitalisme. (suite…)


12

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE