Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 57
18 mars, 2012, 16:41
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un morceau de Leonard Cohen, « Stranger Song », extrait de son 1er album, sobrement nommé Songs of Leonard Cohen, sorti en 1967.

La Chanson de la Semaine 57 dans Musique & Music leonard-cohen

Né en 1934 à Montréal, dans une famille de la middle class juive, il écrit des poèmes en pensant à ses idoles (Camus, Sartre, Garcia Lorca, Butler Yeats, et… la Bible !)[1], et trouve vite la reconnaissance. Mais, c’est bien connu, la littérature ne nourrit pas son homme ! Très tôt intéressé par la musique (« J’aimais bien toutes les œuvres de Segovia et les guitaristes flamenco, les folkloriques portugais, les fados, toutes les chansons du Moyen-Est et naturellement les musiques pop dans les juke-boxes de tous les cafés de Montréal »[2]), il « décide de se rendre à Nashville pour tenter d’enregistrer un album de country-western [mais] il fait halte à New York où il découvre Joan Baez, Bob Dylan, Phil Ochs, Joni Mitchell et Tim Buckley. »[3] Il met donc ses poèmes en musique, commence à fredonner, place « Suzanne » chez Judy Collins, et publie son album ; succès critique. A cette époque, il ressemble à un Al Pacino juif, à un Bruce Springsteen coincé. Il publiera plusieurs autres chefs-d’œuvre, mais sera toujours mieux perçu en Europe qu’en Amérique. J’ai découvert l’artiste par hasard en lisant Technikart, et je suis resté scotché sur ce sombre 1er album. Mon pote Ben, lettré et cultivé, m’annonce que c’est l’un des plus puissants poètes du XXe siècle ; j’approuve ! Dans ce morceau, où le titre est une référence explicite à L’Etranger de Camus, Cohen raconte l’histoire d’un hobo joueur de poker qui doit prendre un train, prétexte à délaisser une femme. Mais un blogueur montre par ailleurs que le morceau a différents niveaux de lecture. Ayant écrit un recueil de poèmes intitulé Flowers for Hitler en 1964, Cohen est hanté par la Shoah et le sort de Juifs. Dans « Stranger Song », le train peut être vu comme celui des camps de concentration ; aussi, la fuite et l’errance du personnage évoque « l’errance et la persécution du peuple juif qui LE persécute »[4]. Leonard Cohen a publié son dernier album, Old Ideas, en janvier 2012.

Image de prévisualisation YouTube


[1] Selon les propres mots de Leonard Cohen, dans une biographie en ligne réalisée par Georges Lang en 1997 : http://www.leonardcohensite.com/bio.htm.

[2] Ibid.

[3] Ibid.

[4] Sylvain THURET, « Présence de la Shoah et du poids Juif chez Leonard Cohen » : http://www.leonardcohensite.com/analysis.htm.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE