Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 53
18 février, 2012, 16:59
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un morceau de Led Zeppelin, « Dazed & Confused », sorti sur leur 1er album en 1969.

La Chanson de la Semaine 53 dans Musique & Music led-Zeppelin-led-zeppelin-23876802-1645-1100

Comme je l’avais déjà écrit ici, le groupe est né de la cuisse mal en point des Yardbirds. Robert Plant doit honorer des dates, mais sans orchestre, c’est difficile ; il part en quête de musiciens et d’un chanteur, change le nom du groupe pour signifier la rupture de son. Rupture incomplète : le blues des Yardbirds est toujours là. Mais toutes les prémices du hard rock sont présentes aussi ! Après une flopée d’albums, le groupe enchaîne les succès pendant les années 1970. Mais une série de coups durs (opération des cordes vocales, accident de voiture, perte d’un fils pour Robert Plant, consommation effrénée de drogues, en particulier pour Jimmy Page, enfin mort du batteur John Bonham, étouffé dans son vomi après avoir bu plus que d’habitude), le groupe se sépare en 1980. Fan hardcore de Led Zeppelin, mon père n’arrive pas à me communiquer sa passion ; c’est que, alors âgé de 14-15 ans, je visionne avec mon pote Godzilla au cinéma. Nanar avec Jean Reno. Et puis, surtout, le générique de fin est une reprise de Led Zeppelin, « Kashmir », qui devient « Come With Me » par Puff Daddy. J’ai tout de suite détesté ce morceau, et pensait, à tort, que Led Zeppelin se résumait à ça. Lourdaud, grossier, rebattu, sans émotion, sans imagination ; ce n’était pas du hard, je préférais retourner écouter AC/DC. D’autant plus que, peu de temps après, la reprise devient le générique de Téléfoot, émission énervante, redondante et sans fond. Pire : la reprise devient pour un temps le titre d’ouverture des matchs de l’Olympique de Marseille au Vélodrome. Beurk ! Je suis parisien ! Mais tout ça, c’est de la foutaise. Plus tard, prenant les conseils de mon père au premier degré, j’écoute certains albums. Du tonnerre ! Rien que dans le 1er album, tout y passe : hard-rock énervé, blues lancinant, slow implorant, rock balade, instrumental irlandais… « Dazed & Confused » condense un blues électrique, une voix qui revient des mondes de Tolkien, une orchestration qui, semble-t-il, inspirera le Pink Floyd progressif des seventies, et puis, ces petits riffs de guitare contrôlés, on se croirait dans un film de science-fiction, ambiance chaos, enfin l’ultime énergie – du désespoir ?

Image de prévisualisation YouTube

Dédicace à Juju :

Image de prévisualisation YouTube

 


3 commentaires
Laisser un commentaire

  1. juju

    Merci !!!! Trop belle chanson, des paroles manifiquement incompréhensibles et une musique dantesque !!!!!!! Inoubliable !!!!! MERCI !

  2. reflexionsdactualite

    Mais de rien, mon cher, de rien ! Je te l’avais promis, et je suis heureux que ça te plaise !!!

  3. reflexionsdactualite

    Led Zeppelin vu de l’intérieur, ça donne ça : http://gonzai.com/led-zep-1975-stephen-davis-ou-la-phenomenologie-gonzo/



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| LEMOVICE
| Les énergies solaires et éo...