Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 42
11 septembre, 2011, 21:21
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un morceau d’Outkast, Prototype, présente sur leur double album Speakerboxx/The Love Below, sorti en 2003. Intégrant la confrérie ultra sélecte et très fermée des artistes déjà cités par votre serviteur, avec pour le moment comme unique membre Gil Scott-Heron, le groupe d’Atlanta n’a toujours pas fait mieux, pour l’heure, que cette double galette qui vient d’ailleurs. Presque dix ans, déjà, et pas une ride. Ça serait même l’inverse !

 

 outkastspeakerboxxxthelovebelow1.jpg

 

Mis à part peut-être le 1er single sorti, Hey Ya !, qui, s’il a fait danser mes neurones durant de longs mois, s’est vite asséché à mesure qu’il touchait le monde entier, la plupart des titres présents sur l’album ravit mes sens musicaux chaque jour. Après avoir découvert Outkast par Mrs Jackson et B.O.B., ma première écoute de l’album débute par Ghettomusick, 2nd single, alternant des phases électro-rapides à d’autres mid-tempo et érotico-soul. Un véritable shoot euphorisant. Puis, je me tourne vers la partie d’Andre 3000 et tombe sur un morceau qui, parmi d’autres, me scotchent par tant d’inventivité, de soleil et de sentiments. Prototype est certes assez guimauve, mais si bon. L’intro évoque un voyage, les premières chaleurs du printemps, un soleil déjà haut, déjà chaud dans un ciel bleu, un pré vert comme l’espoir parsemé de belles marguerites OGM… I Think I’m In Love Again. Parfois simpliste, le morceau possède sa part de doute, de mélancolie, dans le sens où un prototype n’est qu’un premier exemplaire, perfectible. Et on est toujours à la recherche de son premier amour, par nature… imparfait. Par l’espoir de retrouver cette imperfection, cette innocence, cette douceur, cette sensation de vraiment vivre sa vie, de rendre grave une situation futile, c’est son enfance qu’on poursuit, sa jeunesse. Le mieux, c’est quand on arrive à grandir en gardant cette flamme, celle de l’insouciance et de la candeur, celle du premier vrai amour et des rires francs… « Te souviens-tu des instants adolescents insouciants, quand notre envie de tout vivre était plus forte que le temps… Te souviens-tu des ballades, des aventures, des moments, quand devant le crépuscule, on se réveille plus grand… »[1] Prototype, c’est ça : l’adulescence revendiquée, la pureté de l’enfance conjuguée à la force de l’amour.

Image de prévisualisation YouTube


[1] Refrain chanté par des chœurs d’enfants, sur la chanson Antenne 2, présente sur le 3ème album de TTC, 3615 TTC, en 2006.

 

 

 


2 commentaires
Laisser un commentaire

  1. Romain

    Une vraie chanson pour faire l’amour ! C’est un des meilleurs compliments qu’ils voudraient recevoir non ?

  2. reflexionsdactualite

    En effet, l’un des meilleurs compliments pour Dédé 3000 !



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE