Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 38
14 août, 2011, 15:15
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine une chanson d’une DJ norvégienne répondant au doux prénom d’Annie : Come Together, issue de son premier album Anniemal sorti en 2004.

annie.jpg

Née en 1978, d’un père organiste notamment, l’adolescente Anne Lilia Berge Strand créé un groupe de rock, avant de mixer et de se faire un petit nom sur la scène de Bergen. Un nom et des contacts. Elle commence à travailler avec un producteur local, DJ Erot (Tore Andreas Korknes), qui mourra quelques années après, et sort le single Greatest Hit en 1999 sur un sample du titre Everybody de Madonna. Puis elle mixe pas mal, travaille frénétiquement et surfe sur sa hype underground pour sortir un 1er album pop et acidulé, qui est très bien reçu par le public, un album rempli de « tubes potentiels ou avérés »[1]. A sa sortie en Europe, je suis – j’avoue – tombé sous le charme de cet album rafraichissant, offrant un large éventail de ce que la pop festive peut offrir en 2005. Ses influences sont nombreuses : Kylie Minogue et Madonna, bien sûr, mais aussi les vieux tubes sucrés des années 1980 comme seule la France a pu en produire, ou encore le R’n’B de la belle époque (la fin des nineties). Le genre d’album qu’on écoute sans avoir besoin de réfléchir, un album régressif qui nous envoie danser dans une chambre d’ado, un Malabar dans la bouche, sirotant tranquillement un verre de Banga entre deux copines collégiennes aux seins naissants, sans nostalgie – on est en 1996 ! Bizarrement, c’est un album un peu anachronique aujourd’hui, comme s’il appartenait plus à la fin des années 1990 plutôt qu’aux drôles années 2000 ; un album convivial et inoffensif, sans trop d’arrière-pensées. A la réécoute, on a l’étrange impression qu’il est daté, comme si les vagues électro-pop d’Uffie, d’Alizée, de LaRoux conjuguées à la soul 2.0 des Wino, Duffy, Selah Sue & co avaient ravagé la pop d’Annie. Come Together est un long appel langoureux à la jouissance et ressuscite les plus belles heures de la disco. Annie aime les sucettes Chupa Chups ! Tout y est : la voix sucrée et flottante, les rythmes endiablés, la ligne de basse caractéristique, les effets sonores de l’époque tels qu’on pourrait se croire dans un dessin animé intergalactique des eighties. Depuis, Annie, après avoir remporté une ribambelle de récompenses, a monté son label Totally, puis sorti un deuxième album, Don’t Stop , en 2009 (pas écouté).

 

Image de prévisualisation YouTube



[1] Jeff (2005), Chronique, 11 septembre, sur le site Goûte Mes Disques :  http://www.goutemesdisques.com/chroniques/album/anniemal/.

 

 

 


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire