Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 36
31 juillet, 2011, 17:13
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine un morceau qui s’intitule 4th Dimensional Transition, du groupe MGMT, sorti en 2008 sur leur 1er album Oracular Spectacular. En 2002, étudiants dans le Connecticut, Ben Goldwasser et Andrew VanWyngarden forment un groupe électro-rock inspiré par Suicide ; signé chez Columbia en 2006, ils prennent un tour psyché-pop avec leur premier maxi adapté en clip Time to Pretend.

mgmt3.jpg

Dès lors, l’album est attendu comme le messie par toute une foule de déçus de la musique de ce début de XXIe siècle. Et l’album, produit par Dave Fridman, est une tuerie, n’en déplaise aux esprits chagrins. Entre hédonisme et mélancolie, piochant allégrement chez les Stones période disco-glam, chez Mercury Rev du début[1] ou encore chez les Troggs ou les Verve[2], sont comparés à David Bowie ou à Prince, alternant un hymne à un flower power 2.0 et un second degré désabusé sur la célébrité, MGMT apporte une certaine fraicheur et – osons le dire – un peu de grandeur aux vingtenaires, jaloux de leurs ainés qui, eux, avaient inventé des trucs musicalement. Alors, ces mêmes vingtenaires – nous ! –, n’hésitent pas une seconde quand un groupe fait mine de proposer quelque chose de nouveau, même sous une bonne dose de références et de recyclage. A une époque où j’étais un peu épuisé d’écouter de l’électro bourrine et non moins référencée (Ed Banger, Digitalism, Kitsuné), j’ai prêté l’oreille à ces Américains, un peu perplexe. Après plusieurs écoutes – il faut au moins ça –, j’ai décollé, j’ai plané, le sourire aux lèvres, le regard triste, et l’esprit ailleurs. Apaisé. Parce que la musique peut encore nous emmener ailleurs au XXIe siècle, nous transporter, nous faire traverser les portes de la perception… « There’s light beneath your eyes New overtones in view Endless form, endless time ». L’amour, le don, la réciprocité, voilà ce qui manque à notre époque désenchantée, en crise depuis que je suis né, absurde au point d’envoyer au suicide une poignée toujours plus nombreuse de travailleurs, de faire rêver des jeunes toujours plus bêtes à une célébrité comme une coquille vide. D’assassiner la Terre pour une croissance mondiale introuvable. La lumière derrière tes yeux, c’est l’espoir d’une génération désenchantée et pourtant en quête d’amour. En quête de vie.


Image de prévisualisation YouTube



[1] 2goldfish, le 29 avril 2008, sur le site fluctuat.net : http://musique.fluctuat.net/mgmt/oracular-spectacular-alb15413/541-chronique-time-to-pretend-time-to-explain.html.

[2] Benoît SABATIER (2008), « L’amour est pop avec MGMT », Technikart n°120, mars, p. 82.


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE