Ce que j’en dis…

La Chanson de la Semaine 22
3 avril, 2011, 20:17
Classé dans : Musique & Music

J’ai choisi cette semaine une chanson de la jeune M.I.A. qui s’intitule Meds & Feds, présente sur son dernier album /\/\/\Y/\ (2010).

 mia.jpg

Je vous l’accorde, elle n’est pas au mieux de sa forme sur ce titre ; celui-ci est si tonitruant, si crade, si bruitiste si vide qu’il permet de le faire. Le vide. C’est un titre pour décompresser. Pour faire table rase de sa journée. Pour anesthésier son cerveau. Une sorte de lobotomie récréative et régressive. J’ai fait la connaissance de M.I.A. en feuilletant le magazine Technikart, il me semble que c’était pour son deuxième album Kala, en 2007. Une bombe : des sons sanguinolents, que je n’avais jamais entendus, un « patchwork d’étendards criards »[1] moulés en une musique plurielle et amnésique. Une enfance pas forcément normale, tiraillée entre les logements sociaux d’Angleterre, l’exil en Inde, la guerre civile au Sri Lanska, la mort de son père, figure du Tamoul libre ; sa scolarité laisse éclater un tempérament créatif, comme peuvent en témoigner ses pochettes et ses tenues, quoique pas toujours du meilleur goût ! En plus, son activisme cool (pour l’indépendance du Tamoul) et ses références (notamment aux Clash et à Joe Strummer) ne plaisent pas à tout le monde : « […] on a M.I.A. qui s’en réclame à donf alors qu’elle n’en est pourtant à peine qu’une caricature bitchy. Qui annonce se foutre de son image mais balance sur Twitter les données personnelles d’une journaliste l’ayant un peu trop critiquée […] »[2]. Moi, je m’en fous un peu, de tout ça ; elle continue à avancer sans regarder dans le rétro, et peut même faire son autocritique. Et puis, le fait qu’elle s’acoquine avec la bande de Kourtrajmé (Romain Gavras) pour son clip controversé de Born Free me la rend encore plus sympathique ! Enfin une artiste aux prises avec les paradoxes de son temps : connectée et tiers-mondiste, féministe et activiste, mainstream et underground, fashionista et provoc jusqu’au bout des ongles… Finalement, c’est d’être profondément actuelle qu’on lui reproche ? 

Image de prévisualisation YouTube



[1] Joël VACHERON (2007), « M.I.A. : le monde se télescope », Vibrations n° 96 ; http://joelvacheron.net/sound-culture/mia/[2] Serge (2010), sur le site Goûte Mes Disques : http://www.goutemesdisques.com/no_cache/chroniques/album/y/


Un commentaire
Laisser un commentaire

  1. Romain

    A écouter à fond dans son casque !
    Ce son me donne des frissons ! Cela doit être jouissif sur scène !!!
    Elle aurait du faire une version longue, d’environ heuuuu je ne sais pas moi, 40 minutes !



Laisser un commentaire

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| LEMOVICE
| Les énergies solaires et éo...