Ce que j’en dis…

LCS 198. Villejuif Underground, « In The Beginning There Was Us », 2016
23 février, 2017, 0:04
Classé dans : Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un morceau du Villejuif Underground, « In The Beginning There Was Us », présent sur le dernier 45T intitulé Heavy Black Matter, sorti chez Born Bad Records à la toute fin de l’année 2016.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai découvert ce truc génial en écoutant l’émission n° 568 de Rock à la Casbah, il y a un mois, émission hebdomadaire que je recommande chaudement tant j’y trouve de perles. Le Villejuif Underground semble être un groupe « parisien » emmené par l’écriture et la voix de l’Australien Nathan Roche. Dans l’émission, DJ Bingo, après l’écoute du morceau, évoque les « premiers Beck un peu bricolos et aussi Marc Minelli » ; l’animateur (dont j’ai oublié le nom) lui répond alors que ça risque de faire plaisir à Nathan Roche de n’avoir pas été comparé au Velvet Underground, car il n’y a aucune référence. D’ailleurs, l’Australien n’aimerait pas du tout qu’on compare sa voix à celle de Lou Reed… Apparemment, lorsqu’il est arrivé à Paname, Nathan Roche a habité à Villejuif, et ça l’aurait fait marrer de donner ce nom au groupe !

Villejuif-BD-

Voilà ce qu’en a dit le site The Drone alors qu’ils sortaient leur premier album Villejuif Underground en 2016 chez SDZ : « Nathan Roche est un garnement à la production foisonnante qui semble absolument incapable de tenir en place. Tout à la fois stakhanoviste et un peu cossard, éparpillé et éclairé, le jeune écrivain/musicien en provenance d’un bled paumé du nord de l’Australie a déjà sorti plus d’une dizaine d’albums [...], a joué dans autant de groupes et a bien dû écrire le double de romans (aucun de ces derniers n’a été publié par contre). Installé depuis plus d’un an en France, il habite désormais dans une cabane à Villejuif [...], y a débauché une bande de zazous locaux en guise de musiciens et sort aujourd’hui un premier album avec cette clique de débraillés [...], lesquels sonnent tellement comme le Velvet Underground circa Loaded que ça en devient presque un concept [...]. » Nathan Roche risque de ne pas apprécier… [Un autre petit papier de The Drone ici] J’ai écouté d’autres morceaux de l’EP, mais je ne suis pas aussi enchanté que ce « In The Beginning There Was Us » ! J’adore ce morceau : cette voix étrange, haut perchée, une instru étrange et répétitive, inactuelle. J’adore, voilà !

Je tiens à partager un autre titre du groupe, sorti sur leur premier album déjà cité, « In The Seine », qui me rappelle le coda joué au piano du « Layla » de Derek & the Dominos (1970) qu’on entend en générique de fin des Affranchis de Scorsese, un truc à la fois triste, mélancolique, comme si c’était la fin de quelque chose d’incroyable, une belle histoire d’amour ou une belle épopée professionnelle et amicale, ce qu’était la vie d’Henry Hill avant la descente aux enfers : « Et tout ça, maintenant c’est fini. C’est maintenant le plus dur. Aujourd’hui, tout a changé. J’attends que ça se passe comme tout le monde. [...] Je suis un quelconque minable. Je vais finir ma vie dans la peau d’un plouc. »Amen.

Image de prévisualisation YouTube



Paye ta playlist ! #007 by Lud : My Classics R’n'B
15 février, 2017, 21:46
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music,Un peu d'Histoire

 

Bonjour à tous (vous devez être bien… trois maximum !) et bienvenue pour cette nouvelle playlist, qui sera beaucoup plus avare en blabla que la dernière (en même temps, ce n’est pas difficile de faire moins bavarde que ma playlist Musica de Brasil). Cette fois, je vous convie à une plongée dans mon adolescence, la musique qu’on écoutait un peu par-dessus la jambe dans la 306 au lycée – donc celle qui passait plutôt sur les ondes, le R’n'B mainstream quoi, et qui fleure bon le début des années 2000. Une manière, aussi, de faire découvrir un temps pas si ancien aux jeunes curieux que je côtoie tous les jours : le R’n'B à la fin des 1990s début 2000s, c’était bandant ! Encore une fois, je vous préviens : cette playlist est entièrement subjective, partiale, partielle, et comportera quelques anachronismes (certains morceaux ne datent pas de la fin 1990s début 2000s – oui, je triche, mais je fais ce que je veux, c’est mon putain de blog). Je vais essayer de la faire chronologiquement… Et je m’excuse par avance : je n’ai pas toujours mis les clips disponibles sur Youtube, car ils sont trop souvent censurés, et je déteste ça !

On commence tout de suite avec un groupe qu’on pourrait qualifier davantage rap que R’n'B, mais bon : Fugees, immense groupe qui a moyennement fini, mais nous, les enfants des eighties, on s’en tape, parce qu’on s’est pris ce putain d’album The Score (1996) en pleine face, et qu’on était un peu trop jeune pour apprécier la bagarre East Coast/West Coast du début des 1990s, même si on s’est bien rattrapé ! Je vous propose deux morceaux connus, que j’affectionne tout particulièrement : « Fu-Gee-La », suivi de « Ready Or Not ».

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube (suite…)



Jacques Rancière : « Election et raison démocratique »

 

Souvent,  je lis des textes, je les trouve brillants, et je ne sais pas faire autrement pour les utiliser que de les retranscrire entièrement. Voici un article du philosophe Jacques Rancière datant de 2007, penseur radical de l’égalité, que je découvre de jour en jour, et qui tiraille toujours un peu plus ma réflexion !

 

RC20150325-Maagdenhuis-Jacques-Ranciere-02-1030x686

Jacques Rancière pour un entretien à Filosofie Magazine, devant des étudiants de l’université d’Amsterdam (Maagdenhuis), mai 2015, copyrights Roger Cremers.

 

Cette élection présidentielle, comme les précédentes, donne aux médecins bénévoles ou intéressés l’occasion de reprendre l’antienne de la crise ou du malaise de la démocratie. Il y a cinq ans, ils se déchaînaient contre ces électeurs inconscients qui votaient selon leur goût personnel pour des « candidats de protestation » et non en citoyens responsables pour des « candidats de gouvernement ». Aujourd’hui, ils dénoncent l’empire des médias qui « fabrique » des présidentiables comme on lance des produits. En dénonçant ce qu’ils considèrent comme une perversion de l’élection présidentielle, ils confirment le postulat que cette élection constitue bien l’incarnation suprême du pouvoir du peuple.

L’histoire et le bon sens enseignent pourtant qu’il n’en est rien. L’élection présidentielle directe n’a pas été inventée pour consacrer le pouvoir populaire mais pour le contrecarrer. Elle est une institution monarchique, un détournement du suffrage collectif destiné à le transformer en son contraire, la soumission à un homme supérieur servant de guide à la communauté. Elle a été instituée en France en 1848 comme contrepoids à la puissance populaire. Les républicains avaient cru en limiter le risque par un mandat de quatre ans non renouvelable. Le coup d’État de Louis Napoléon fit prévaloir l’esprit monarchiste de l’institution sur sa forme républicaine. (suite…)



LCS 197. Azar Lawrence, « Theme For A New Day », 1976
14 janvier, 2017, 21:59
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un morceau du saxophoniste Azar Lawrence, « Theme For A New Day », piste qui ouvre son troisième album People Moving sorti en 1976 chez Prestige.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai découvert cet album complètement par hasard. Il y a plusieurs années, je surfais sur Internet à la recherche de la bande originale funk d’un vieux film cochon, quand je tombe sur un site qui proposait, certainement illégalement, une grande quantité d’albums en téléchargement gratuit, dans les styles jazz, funk, fusion, soul. Beaucoup de library music, et puis des albums comme celui d’Azar Lawrence, dont j’ignorais complètement l’œuvre. Le site a fermé depuis, inévitablement, mais il m’a permis de découvrir une terra incognita. La pochette, déjà, est en elle-même un appel à écouter : qui est ce Noir au regard fier ? Une voix ? Un instrument ? Lequel ? On peut lire son regard comme un défi, mais aussi comme un « ne me prenez pas au sérieux » (il me fait un peu penser au regard que lance Gregory Hines devant Caledonia dans La Folle histoire du monde de Mel Brooks !).

« Theme For A New Day » est une espèce de balade syncopée avec la mélodie géniale du saxophone, et ces voix… Ce morceau pourrait être une version black de l’île du plaisir sur laquelle Astérix et Obélix passent un petit moment le temps d’une samba endiablée ! La balade se transforme sans qu’on s’en rende compte et part en fusion jouissive, même si la mélodie revient comme un mantra. C’est si bon. Je vous offre également la deuxième piste du même album, « The Awakening », car c’est un morceau tout aussi génial, même s’il joue dans un autre style.

Image de prévisualisation YouTube

Un morceau smooth et soul comme je les aime, et ce saxophone qui démarre discret, humble mais déjà si excitant. Il pourrait aisément figurer sur la bande originale du Jackie Brown de Tarantino, par exemple au moment où le prêteur sur gage va chercher Jackie en préventive, ou encore quand Ordell Robbie se prépare à la tuer, enfilant soigneusement ses gants dans sa voiture. On pourrait aussi l’entendre dans une scène de préliminaires dans un porno vintage !

Azar Lawrence est né en 1953, et se montre un petit génie précoce du sax’, jouant puis composant pour de nombreuses légendes de la musique : Clark Terry, Muddy Waters, McCoy Tyner (il remplace John Coltrane, décédé), Ike & Tina Turner, Miles Davis, Freddie Hubbard, Earth Wind & Fire, Frank Zappa, Busta Rhymes, Mulatu Astatke, et tant d’autres. Il signe son premier album chez Prestige en 1974, intitulé Bridge Into The New Age. J’ai découvert cet album il y a quelques semaines seulement, car je me contentais jusqu’alors du seul album que j’avais de lui. Je ne peux m’empêcher de terminer ce post en partageant « Warriors Of Peace », troisième piste de ce premier album, génial morceau free jazz terriblement entêtant. Enjoy !

Image de prévisualisation YouTube



LCS 196. Frank Ferera & Helen Louise, « Hawaiian Hula Medley », 1916
3 janvier, 2017, 7:27
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

J’ai choisi cette semaine un morceau de Frank Ferera et Helen Louise, qui s’intitule « Hawaiian Hula Medley », sorti en 78 RPM il y a plus d’un siècle, en août 1916 pour être précis, sur le label Victor.

Image de prévisualisation YouTube

Frank Ferera est né en 1885 à Honolulu, Hawaii, alors sous la coupe du roi Kalakaua : c’est l’époque du développement de l’industrie du sucre qui aboutit à une mainmise américaine du business, les États-Unis n’hésitant pas à prendre, ici comme ailleurs, un poids politique important jusqu’à l’annexion officielle en 1898, puis le vote des citoyens, en 1958, pour devenir le cinquantième État des États-Unis l’année suivante. Frank Ferera se marie avec Helen Louise Greenus, fille d’un hommes d’affaires de Seattle, et, avec sa nouvelle femme, part sur le continent pour jouer. En 1915, ils signent avec Columbia-Edison-Victor et enregistrent beaucoup. En 1919, sur un bateau reliant Los Angeles à Seattle, Helen Louise est portée disparue, on suppose qu’elle est tombée et s’est noyée. Frank Ferera continuera sa carrière prolifique, faisant de lui l’un des plus populaires musiciens Hawaiien.

J’ai découvert ce morceau dans l’immense série de Terence Winter, Boardwalk Empire, qui jette un projecteur magistral sur l’Amérique des années 1920, la contrebande d’alcool, la corruption, etc. Dans la saison 2, Angela Darmody s’éprend amicalement de Richard Harrow, l’ami de son mari, et accessoirement associé dans le crime. Richard est, comme Jimmy Darmody, un héros de la Première Guerre mondiale ; il en a gardé une effroyable blessure au visage, qui le contraint à porter un masque lui en couvrant la moitié, ce qui lui donne un air inquiétant. Sa voix est érayée, il fait peur. Mais son humilité, sa gentillesse, son honnêteté, son côté gauche dans les relations humaines mais redoutablement efficace dans ce qu’il fait (tuer des gens, mais aussi jouer avec des enfants, etc.), m’ont tout de suite fait ressentir beaucoup de choses pour ce personnage, l’un des plus intéressants et complexes de la série selon moi, l’incarnation de l’humanité. Dans la scène, Angela, artiste, lui propose de poser pour un portrait. En musique de fond, le « Hawaiian Hula Medley » se laisse entendre, et donne paradoxalement à la scène son aspect si mélancolique. Deux âmes en peine, torturées, perdues se rencontrent là, une émotion incroyable passe dans cette scène, de la tristesse, mais aussi beaucoup d’humanité. Ce grand homme discret, taciturne, se livre devant la femme de son ami, alors qu’il pose. Il lui explique sa vision de l’amour et ce qu’il a perdu. Se met à pleurer (et moi avec). Retire son masque. Angela ne détourne pas le regard et prend une nouvelle feuille afin de peindre cette expression.

Image de prévisualisation YouTube

[Boardwalk Empire, saison 2 épisode 4, « What does the bee do ? », 2011. Il faut noter que la scène est découpée en trois séquences, qui, dans l’épisode, ne s’enchaînent pas, contrairement à ce qui est donné à voir dans cette vidéo]

Ce jour-là, Richard Harrow s’est livré complètement. C’est l’une des scènes les plus touchantes de la série, celle qui me parle le plus ; toute la complexité de l’âme humaine, des sentiments humains, s’y trouve livrée, par le truchement du discours elliptique de Richard. La musique rythmée, naïve et apparemment joyeuse de Frank Ferera et Helen Louise ne vient pas contrebalancer la mélancolie de la scène, mais la renforce paradoxalement. Je n’arrive pas à l’exprimer, mais…

Et puis, comment ne pas voir un lien entre ce qu’a dû vivre Frank Ferera sur ce bateau en 1919, perdant à jamais l’amour de sa vie, et ce qu’a vécu Richard Harrow en perdant inexplicablement les sentiments, qu’il apparente à de l’amour, envers sa sœur jumelle ? Il y aurait encore certainement beaucoup à dire sur ce morceau magique et la scène puissante dans laquelle je l’ai découvert, mais je préfère taire les mots qui, comme souvent, font défaut pour décrire ce que je ressens…

Bonus : F. Ferera, H. Louise, « On the beack at Waikiki Medley », 78 RPM, 1915, chez Victor :

Image de prévisualisation YouTube



LCS 195. Pool Pah, « Sour Soul », 1973
28 décembre, 2016, 23:27
Classé dans : Musique & Music

 

Voici un morceau bien barré que j’ai découvert par des voies détournées, comme souvent. Le producteur Drixxxé a concocté, il y a déjà plusieurs années, une playlist faite de soundtrack de vieux films érotiques et pornos, qu’il a intitulée « Sextape », premier volume d’une série qui en compte désormais quatre ! En réécoutant le dernier volume, qu’il a publié sur son soundcloud en juin 2016, je tombe sur ce morceau de Pool-Pah, intitulé « Sour Soul », sorti sur la bande originale de The Flasher en 1973 sur le label Greene Bottle Records Inc. Sur un album très inégal, on trouve donc cette tuerie jazz-funk comme je les aime !

Image de prévisualisation YouTube



L’islamophobie, c’est quoi ? Un regard sociologique

 

Depuis plusieurs décennies, il fait de moins en moins bon être musulman en France – qu’on soit Français ou pas. Il y a deux ans, fouineur que je suis, je tombe sur l’excellente revue scientifique Sociologie, née quelques années auparavant, qui propose un numéro spécial sur la sociologie de l’islamophobie, dont on peut lire certains articles sur le portail Cairn (ici). C’est en étudiant cette revue que j’ai affiné mon regard scientifique sur cet objet si méconnu et passionné qu’est l’islamophobie. Je lis et entends souvent des critiques sans nuances à l’égard des musulmans et de l’islam, quand ce n’est pas parfois une franche et irraisonnée hostilité, même de la part de mes amis, critiques réservées à cette seule religion et à ces seuls croyants. Dans le numéro de Sociologie sus-cité, notamment, les politistes Abdellali Hajjat et Julien Beaugé s’intéressent au rôle du Haut Conseil à l’intégration dans la construction du « problème musulman », et le sociologue Marwan Mohammed introduit le numéro en esquissant un panorama des travaux sociologiques consacrés à ce nouveau champ de recherche qu’est l’islamophobie. Il y a quelques jours, je tombe sur un ouvrage important, que je dévore rapidement : A. Hajjat, M. Mohammed (2013), Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, « Poche », 2016. J’ai eu envie de partager avec vous l’introduction de cet ouvrage (pp.5-22), qui, je l’espère, vous donnera l’envie de prolonger la lecture. Toutefois, avant de proposer cette introduction, je souhaitais clarifier quelque chose tout de suite : le sociologue Marwan Mohammed n’est pas Marwan Muhammad. Ce dernier est un militant très actif, directeur exécutif de l’association Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) depuis mars 2016. Il n’y a aucun lien de parenté. Voilà une vidéo dans laquelle Marwan Mohammed (le sociologue, donc) est invité sur France 24 par Gauthier Rybinski en 2013 pour y présenter l’ouvrage en question :

http://www.dailymotion.com/video/x1802lq

Après cette « introduction », voici la réelle introduction de l’ouvrage co-écrit par A. Hajjat et M. Mohammed : (suite…)



Paye ta playlist ! #006 by Lud : Musica de Brasil
24 juillet, 2016, 13:34
Classé dans : Ca, de l'art ?,Musique & Music

 

20140531_5389b93700173 bis

 

* Texte écrit par Lud le Scribouillard en juillet 2016

** Les photographies qui illustrent ce papier sont des clichés pris à Rio de Janeiro dans les années 1970, durant la dictature militaire. Elles sont toutes issues d’un blog (on peut découvrir l’intégralité des photos publiées sur ce blog ici). Le site Brain Magazine, qui a repris quelques-uns de ces clichés, précise que ce qui nous est donné à voir, c’est un « Brésil de carte postale : (quasiment) que des Blancs, des jeunes filles superbes et souriantes, et pas un seul gamin descendu des favelas pour troubler le paysage. » Si je reprends ces clichés, c’est en sachant bien qu’ils ne sont qu’un cliché, justement…

Everyday Life in Rio de Janeiro in the 1970s (4)

Je sais, ça fait cliché de parler « Brésil » en plein été. Je sais, vous allez me dire que je surfe sur l’événement des Jeux Olympiques, comme a su le faire Ballantines avec sa liqueur juste avant la Coupe du Monde… Mais restez encore un peu, je vous prie. Par où commencer ? De toute façon, ce papier sera partiel et partial, subjectif et engagé, incomplet et foutraque. C’est dit ; on peut entrer dans le vif du sujet.

Everyday Life in Rio de Janeiro in the 1970s (27)

Le Brésil, pour un gamin francilien né dans les eighties comme moi, c’est d’abord un maillot de foot vert et jaune ordem e progreso, quatre étoiles, avec floqué dans le dos des noms évocateurs comme Ronaldo, Bebeto, Rivaldo, Cafu, Roberto Carlos ; c’est l’accent chantant de mes idoles parisiennes Raï et Leonardo ; c’est le foot-samba que Nike essaie de nous vendre. Il y a bien cette VHS d’Orfeu Negro, le grand film de Marcel Camus, dans la vidéothèque de ma chère grand-mère paternelle, mais je ne m’y intéresse pas. La musique ? Des clichés gros comme le Christ Rédempteur qui surplombe Rio de Janeiro. (suite…)



LCS 194. Serge Gainsbourg, « Marabout », 1964
28 juin, 2016, 13:05
Classé dans : Musique & Music

 

DSC_0558 - Copie

Serge Gainsbourg chez lui, en 1963, dans sa petite chambre parisienne mansardée de la rue Saint-André-des-Arts. A l’époque, il n’a sorti que trois albums qui ne connaissent guère de succès mais a déjà beaucoup écrit pour les autres, comme Juliette Gréco et Anna Karina. (c) Marcel Bégoin, collection privée Ici Paris.

 

J’ai choisi cette semaine un morceau du grand Serge Gainsbourg, « Marabout », sur l’album Gainsbourg Percussions sorti en 1964 chez Philips.

Image de prévisualisation YouTube

De cet album, je n’ai longtemps connu que « Couleur Café », bien sûr, « Pauvre Lola », sur lequel on entend rire France Gall, ainsi que le génial « New York USA », présent sur une compil de mon paternel. J’ai découvert cet album assez tard, il y a quelques années, à force d’entendre les louanges de mes amis Camille et Aymeric, tous deux fans. La première fois que « Marabout » a résonné à mes oreilles, j’ai tout de suite pensé… deep house, un truc subtil et chaud fait pour bouger ses hanches. Contrairement à ce que j’imaginais, les influences de Gainsbourg, Alain Goraguer et Claude Dejacques ne sont pas tant à chercher de l’autre côté de l’Atlantique (Herbie Hancock ne sort son « Mimosa », sur l’album Inventions and Dimensions, que quelques mois avant Gainsbourg Percussions) que de l’autre côté de la Méditerranée, au Nigeria surtout. Guy Béart nous éclaire : « Un jour, je suis tombé à New York sur le disque de Babatunde Olatunji, Drums Of Passion, en 1959, que m’avait offert Belafonte, en fait. La musique de ce percussionniste américain d’origine nigériane m’avait frappé. J’ai donné son disque à Claude Nougaro, ainsi qu’un autre à Claude Dejacques, qui était directeur artistique chez Philips. Il l’a fait découvrir à Gainsbourg qui a, quelques temps après, sorti un disque […], où il plagie carrément Olatunji. […] Mais il y a eu un procès, que Gainsbourg a perdu. [Il] était un homme de talent, mais un grand affabulateur. Pourtant, il durera car, en avance sur son époque, il était à l’image des médias. Il savait faire le buzz. »1 Au total, le trio à l’origine de Gainsbourg Percussions plagie trois morceaux d’Olatunji (« Joanna », « New York USA » et « Marabout »), ainsi qu’un de Miriam Makeba, une compositrice sud-africaine2. Voici le morceau original de Babatunde Olatunji, « Gin-go-lo-ba », sorti en 1959 sur l’album Drums Of Passion, que reprendra Carlos Santana en 1969 dans ce qui est devenu un morceau emblématique du guitariste californien :

Image de prévisualisation YouTube

Les paroles de Gainsbourg sont très simples, mais j’apprécie beaucoup la variation ludique sur le jeu d’esprit du marabout qu’il opère, sans que je sache vraiment s’il plagie cela aussi (je ne crois pas). Le producteur Claude Dejacques écrit, sur le verso de la pochette du 33 tours original : « Au début, c’est un rythme de doigts sur le bord d’une table de bois Empire. Des idées, des images naissent. Bientôt, Serge ne dort plus sans battement, sans une touffe de battements où se mêlent les pulsations naturelles de la vie. Deux mois plus tard, Alain Goraguer et moi nous retrouvons dans le même état : il faut opérer d’urgence. Résultat, le studio se met à battre aussi autour de cinq percussionnistes et de douze choristes. Quelques titres d’un style plus « jazzistique » se greffent aisément sur la couleur purement africaine. Au-dessus de tout cela, les textes, ciselés, incrustés sur les sons : la marque Gainsbourg. »3 On sent bien cette union, cette fusion même, cette maîtrise dans l’album. Je pourrais écouter ce morceau en boucle pendant des heures…

Bonus nigérian : « Joanna », sur le même album :

Image de prévisualisation YouTube

Bonus jazzistique : « Quand mon 6.35 me fait les yeux doux », sur le même album :

Image de prévisualisation YouTube

 

1 Guy BEART (2014), « Interview, par Bapiste Vignol », Schnock n° 11, mai, p. 88.

2 Page Wikipédia de l’album Gainsbourg Percussions, consultée le 25 mai 2016 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gainsbourg_Percussions.

3 Cité par Ibid.

 

 

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook et sur Twitter : like & share !



LCS 193. Roxy Music, « Avalon », 1982
4 juin, 2016, 20:55
Classé dans : Musique & Music

 

Roxy Music At Royal College Of Art In London 1972

Roxy Music, Modelling M&S’s ‘glam rock art student’, 1972. Photograph : Brian Cook/Redferns.

J’ai choisi cette semaine un titre de Roxy Music, « Avalon », sorti sur l’album éponyme en 1982 sur le label EG, leur dernier album studio à ce jour.

Image de prévisualisation YouTube

Fondé en 1971 par Brian Ferry, Brian Eno et Andy Mackay, rejoint très vite par Graham Simpson, le groupe anglais montre d’emblée sa patte glamrock et s’inspire de l’art conceptuel, en particulier d’Andy Warhol. Le premier album, Roxy Music, est un grand succès décadent, mais, très vite, Brian Eno et Brian Ferry s’écharpent sur la direction musicale : Eno s’en ira vite créer son univers novateur et électronique ailleurs, tandis que Ferry imprimera plus durablement encore sa marque sur le groupe. Personnellement, j’ai découvert le groupe dans les pages de la bible paternelle – un hors-série de Rock & Folk de 1995 –, qui me servira de phare pour défricher ce continent presque inconnu qu’était pour moi le rock, dans toute sa diversité. Et, avant de m’y frotter vraiment, j’entends « Love is a drug », morceau génial, dans le Casino de Scorsese. À la première écoute de ce premier album, je ne saisis pas tout, mais je bande musicalement : je trouve cet objet musical bariolé mais foutrement cohérent, richement truffé de références sans pouvoir apercevoir le dixième de cette richesse, et irréductiblement moderne ; j’y discerne notamment des accents pré-Devo (j’ai eu connaissance de Q: Are We Not Men? A: We Are Devo!, qui date de 1978, avant Roxy Music). Le morceau choisi ici sonne résolument eighties, mais donne à voir une certaine idée de la classe, un peu désuète, certes, old fashioned, mais que j’interprète aussi (sans encore avoir traduit les paroles) comme un appel à l’abandon hédoniste avec une jeune femme inaccessible, type papier glacé1, sur une plage de sable fin, enivré de cocktails à vingt dollars… Il me faut avouer que j’ai découvert ce morceau… dans un pub H&M, réalisée en 2012 par Sofia Coppola, dont j’aime beaucoup les films et les thématiques. Ceci explique cela ! (D’ailleurs, la publicité est plutôt bien branlée : on a envie de se retrouver grand bourgeois mais bohème, avec ces mannequins dans une villa pour une fête décadente, piscine, Grey Goose et cocaïne.)

Image de prévisualisation YouTube

Je tiens quand même à rassurer mon lectorat : si une partie de cette chronique ressemble à un placement de produit, je rappelle que H&M reste une firme capitaliste qui exploite des ouvriers au Bangladesh ou en Éthiopie, utilise la corruption pour les audits de ses usines, travaille avec des gens peu recommandables et procède à l’évasion fiscale (voir documentaire ci-dessous). Qu’on ne vienne pas me prendre pour quelqu’un d’autre…

Image de prévisualisation YouTube

Documentaire de Marie Maurice, « Le Monde selon H&M », produit pour l’émission Spécial Investigation (Canal +) en 2014

Bonus : Roxy Music, « Ladytron », sur leur premier album, Roxy Music, en 1972

Image de prévisualisation YouTube

1Roxy Music aime à soigner ses pochettes, affichant dans des poses glamour et sexy Kari-Ann Muller (1972), Amanda Lear (1973), Marilyn Cole (1973), Constanze Karoli et Eveline Grunwald (1974), Jerry Hole (1975), ainsi que des inconnues (1979, 1980)…

 

********************************

Lud le Scribouillard est sur Facebook : like & share !


12345...34

Environnement TCHAD |
adminactu |
carsplus production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO JUSTICE
| JCM
| LEMOVICE